Algues vertes
Algues vertes © mll

La méthanisation consiste à produire du gaz à partir de déchets organiques comme les déjections de porc et de volaille. Ces excréments constituent un excellent engrais pour les cultures. Ils sont donc répandus sur les champs. Mais à trop forte dose, ils enrichissent aussi le milieu marin et les algues qui viennent s'échouer sur les plages.

L'idée, c'est donc de faire fermenter les déjections animales pour récupérer du biogaz et produire du chauffage et de l'électricité. Le problème, c'est qu'une fois digérés, l'azote, le phosphore et le potassium contenus dans les excréments n'ont pas disparu. On peut s'en servir comme engrais, plaident les partisans de cette technique.

On revient donc à la case départ. Si on épand cet engrais dans les champs, il va lui aussi favoriser la prolifération des algues vertes. Il n'y qu'à l'exporter dans d'autres régions de France.

Peut-être, mais ce transport a un coût, auquel il faut ajouter celui de l'usine de méthanisation.

Pour les écologistes, la solution est beaucoup plus simple : il faut diminuer le nombre de bêtes dans les élevages. Il y aura ainsi moins de déjections à épandre dans les champs. La Bretagne, c'est 6% seulement du territoire agricole français, mais elle représente 60% de la production de porcs, 50% des volailles et 20% des bovins produits en France.

Une chronique de Nathalie Fontrel

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.