Fraises
Fraises © Julien Haler

Tout d'abord, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais des fraises, on en trouve quasiment depuis le mois de février. On va peut-être même en avoir bientôt sur les gâteaux de Noël ! Je suis sûr que les fraises fraîches remplaceront les champignons en sucre.

Bon, d'accord, ce sont des fraises d'Espagne, elles sont dures, elles sont rouges à l'extérieur (c’est la moindre des choses !), mais toutes blanches à l'intérieur. Côté goût, cela doit être comme quand on achète une voiture : il y a des options.

Problème : l'option goût et sucre, on ne vous la propose jamais !

Depuis une quinzaine de jours, on trouve aussi des fraises françaises venues directement des serres du Lot et Garonne. Là, il s'agit de gariguettes, de ciflorettes et charlottes, les trois variétés qui bénéficient du Label Rouge. Jusqu'à présent, le souci, avec les premières fraises françaises, c'est qu'elles étaient plutôt belles, mais qu’il leur manquait un peu de goût et de soleil.

Mais il y a tout juste quinze jours, lorsque j'ai goûté les premières gariguettes de l'année, le silence s'est fait. Tout d'abord, pour trouver les barquettes, je me suis fié à l'odeur. Ca sentait la fraise comme jamais. Le goût était là, la texture parfaite. Bref, rien à voir avec ces fraises d'outre-Pyrénées vendues cinq ou six euros le kilo.

Donc un conseil : si vous aimez les fraises qui ont du goût, attendez encore quelques jours que les fraises de l'hexagone envahissent les rayons et là, consommez-les sans modération.

Une chronique dePhilippe Lefèbvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.