Divorce
Divorce © asaflow - Fotolia.com

Le débat a été relancé avec le dépôt d'une proposition de loi par des députés UMP. Leur texte prévoit la mise en place systématique de la garde alternée en cas de désaccord des parents.

Pourtant, la formule « une semaine chez maman, une semaine chez papa » ne fait pas l'unanimité. Beaucoup de pédopsychiatres s'interrogent sur ses bénéfices, en particulier pour des très jeunes enfants de moins de 3 ans. Selon l'association Enfance et Partage, qui gère le numéro « Allô parents bébé », la garde alternée serait à l'origine de troubles du comportement, comme des troubles du sommeil, syndromes dépressifs ou encore une agressivité accrue.

Pour la psychanalyste Claude Boukobza, cela s'explique par le besoin d'un environnement stable chez les bébés, dont la maison est le symbole.

De même, un très jeune enfant qui ne voit pas sa mère pendant une semaine a l'impression qu'il l'a perdue, car une semaine, c'est très long pour un bébé. De son côté, Bernard Golse, le chef du service de pédopsychiatrie de l'hôpital Necker, estime que la garde alternée est bien souvent un moyen, pour les parents, de continuer à se déchirer sur le dos des enfants.

A cela, les associations comme « SOS Papa » répondent qu'un million et demi d'enfants ne voient plus leur père et que cette absence a des effets dévastateurs, notamment sur l'échec scolaire.

136.000 enfants vivent en garde alternée.

Une chronique de Laëtitia Saavedra

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.