Robinet qui fuit
Robinet qui fuit © yakusa77

Non. 80% des Nappes phréatiques ont toujours soif. Ces nappes sont en quelque sorte notre caisse d'épargne liquide : elles permettent de soutenir le niveau des fleuves et des rivières en été et d'irriguer les cultures et fournissent 60% de l'eau du robinet.

Pour les remplir, les pluies efficaces doivent tomber à l'automne et en hiver. Et le ciel a refusé de pleurer : selon les régions, les pluies ont été déficitaires de 25 à 50%. Ce qui peut tomber demain arrivera un peu tard. Car la nature se réveille, elle boit et transpire. C'est l'évapotranspiration. En été un seul chêne est capable de renvoyer dans l'atmosphère 400 litres d'eau par jour.

Cela fait plusieurs années que les nappes phréatiques ont soif. La nappe de Beauce par exemple est déficitaire depuis 2002. L'irrigation des cultures prend la pluie de vitesse : la nappe se décharge plus vite qu’elle ne se remplit.

Pourtant la France ne manque pas d'eau souterraine. Sur 100 milliards de mètres cube de précipitation qui s’infiltrent dans le sol, on n'en pompe que 8 milliards. Ce sont les eaux les plus faciles à exploiter. A l'avenir, avec le changement climatique, la situation sera de plus en plus tendue.

Les prévisions tablent sur une baisse des précipitations de 10% d'ici 2050.

Une chronique deNathalie Fontrel



L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.