Mariage mixte
Mariage mixte © Radio France

Officiellement, la France comptait en 2009 plus de 31.000 mariages mixtes, soit 13% de la totalité des unions célébrées en France. Ce chiffre est pourtant trompeur. En effet, la définition généralement retenue par l’Etat civil d’un mariage mixte est : une union célébrée entre un étranger et un Français, quelle que soit son origine. Or, comme l’ont montré deux chercheuses, Beate Collet et Corinne Régnard, cette définition est réductrice, car elle ne rend pas compte de la réalité migratoire de la société française.

Dans une étude intitulée « Mixité franco-étrangère : quelle réalité sociale », ces deux chercheuses sont parvenues à établir que la plupart des couples dits « mixtes » étaient en fait composés d’un Français d’origine étrangère marié à un étranger venant, le plus souvent de la même culture, voire du même pays d’origine. En clair, une jeune française dont les parents sont nés en Algérie se mariera plus volontiers à un Algérien. Les couples dont le conjoint est français, né en France de deux parents nés eux-mêmes en France et qui se marient à un ou une étrangère ne constituent en fait qu’un tiers des mariages mixtes. Mais même relativisé, ce chiffre reste important si on le compare à ce qui se passe dans d’autres pays européens. A titre d’exemple, de l’autre côté du Rhin, seuls 10% des Turcs se marient avec des Allemands de souche.

Une chronique deChristian Bauby

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.