Devoirs à la maison
Devoirs à la maison © pierre-mary Thibault

Non, c'est toujours le parcours du combattant. Lorsqu'un enfant ne va pas à l'école, il est tout de même soumis à l'obligation d'instruction et au contrôle, chaque année, d'un inspecteur de l'Education nationale.

Ces contrôles sont redoutés et contestés par les parents, car certains pratiquent ce que l'on appelle « l'apprentissage informel » : l'enfant apprend au gré de ses questions, de sa curiosité, ou des activités de la famille. Il n'a pas de leçons ou de règles à savoir par cœur.

Or les inspecteurs, lorsqu'ils viennent faire un contrôle, proposent des tests très scolaires pour évaluer le niveau de l'enfant. Les parents refusent cette méthode et se retrouvent parfois devant la justice. Une famille de Francheville, près de Lyon, est passée devant le juge des enfants fin septembre. Une autre famille est convoquée le 15 novembre devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse.

Les procédures sont plus fréquentes et le ministère de l'Education nationale prépare une circulaire pour début novembre afin de codifier un peu plus ces contrôles. Les familles craignent une nouvelle atteinte à leur liberté d'instruction. Environ 3.000 enfants sont concernés.

Une chronique de Sonia Bourhan

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.