Jus d'orange
Jus d'orange © Amine AGREBI

C'est la faute au jus d'orange ! Je m'explique. Depuis quelques mois, à la bourse de New York, dès qu'on parle de jus d'orange, les industriels sortent les antidépresseurs, parce que les cours s'envolent : + 40% depuis octobre. A cela, une raison : la météo !

En Floride, premier état producteur américain, les orangeraies ont gelé, et au Brésil, premier producteur mondial, il a beaucoup plu. Résultat : les producteurs ont dû utiliser un fongicide pour éviter que les oranges ne pourrissent. Problème : ce produit est interdit aux Etats-Unis, où de gros industriels du secteur envisagent de ne plus acheter de jus brésilien. Au final, il y a moins de produits à vendre et donc, les prix s'envolent.

Comme si cela ne suffisait pas, en France, il va falloir compter sur la désormais célèbre taxe sur les boissons sucrées, sur la TVA et selon les industriels, sur une possible hausse du coût du travail dans les usines de mise en bouteille. Tout cela va rendre notre litre de pur jus d'orange plus cher. Selon les estimations : de 8 à 15 centimes de plus par litre.

Les jus qui devraient le plus augmenter seront probablement ceux qui sont aujourd'hui les moins chers : les marques de distributeurs aux couleurs des enseignes de la grande distribution, dont on ne sait pas encore si elle répercutera la totalité de la hausse. Mais je crois que ce point-de-vue là, il ne faut pas se faire trop d'illusions.

Une chronique de Philippe Lefèbvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.