La pêche
La pêche © radio-france / Keith Weller

Non si l'on en croit les producteurs eux-mêmes, mais aussi l'INSEE, qui évoque une baisse des prix des fruits de 0,6% sur un an. Ca, c'est pour les statistiques.

En réalité, on devrait tout de même observer une hausse sensible du prix des fruits à noyaux (pêches, nectarines, abricots) dans les prochaines semaines. Tout cela à cause des mauvaises conditions météo de ces derniers mois, la grêle et le gel, qui ont provoqué des dégâts dans 40% des vergers français.

C'est le principe de la loi de l'offre et de la demande qui va s’appliquer : moins de produits mais de la demande, donc un produit plus cher.

Cela a été le cas ces dernières semaines pour les cerises. Il n'y en a quasiment pas eu cette année dans les vergers français, donc les prix se sont envolés, dépassant parfois dix euros le kilo.

Pour ce qui est des pêches, nectarines et abricots, on devrait rester dans une fourchette de prix allant de deux euros à trois euros cinquante maximum le kilo, indiquent les producteurs français qui redoutent encore cette année la concurrence frontale des fruits espagnols, vendus moitié moins chers parce que la main d'œuvre de l'autre côté des Pyrénées y est également moitié moins cher... Et parce que l'on y est moins regardant sur la gestion de l'eau et des produits chimiques, parfois interdits dans l'hexagone. Des éléments que nous devrons prendre en compte au moment de faire notre choix.

Une chronique de Philippe Lefèbvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.