Vaccin
Vaccin © Daniel Paquet /

Vous savez sans doute que cette vaccination a été contestée et que des medias ont rapporté des effets secondaires graves d'atteintes neurologiques ou musculaires chez des jeunes filles, population cible de cette vaccination ; elle est en effet destinée aux jeunes qui n'ont pas encore eu de rapport sexuel.

Mais le Haut Comité de Santé Publique (HCSP) vient de rendre son avis : oui, cette vaccination doit être maintenue. Il va même plus loin, puisqu'il recommande une amélioration de la couverture vaccinale.

Sur quoi se base-t-il ? Il n'y a eu, à ce jour, aucun signal de pharmacovigilance, c'est-à-dire qu'il n'existe aucune donnée suggérant un effet délétère du vaccin. Certes, le Comité ne nie pas l'existence de cas de maladies auto-immunes qui font actuellement l'objet d'expertises. Mais, se basant sur les données recueillies depuis plusieurs années pour les deux vaccins existant (5 ans pour le Gardasil, 3 ans pour le Cervarix), il affirme qu'il est difficile d'établir un lien et que ces maladies auto-immunes peuvent survenir en l'absence de toute vaccination.

En effet, environ 6 cas pour 100 000 apparaissent chaque année en dehors de tout contexte vaccinal.

Feu vert, donc, pour cette vaccination.

Toutefois, il est important de rappeler qu'elle ne protège pas contre le risque de cancer du col de l'utérus et surtout, qu'elle ne remplace pas, chez les femmes plus âgées, un frottis régulier de dépistage.

Une chronique deDanielle Messager

Mots-clés:
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.