Mosquée de Paris
Mosquée de Paris © Radio France / Daderot, Wikimedia

Depuis sa création, en 2003, par Nicolas Sarkozy, le Conseil français du culte musulman est miné par les dissensions internes. A l'époque, le ministre de l'Intérieur voulait que la deuxième religion de France, qui n'a pas de clergé, soit dotée d'un interlocuteur unique.

Mais depuis, le CFCM n'est toujours pas considéré comme représentatif par la communauté musulmane.

Dernier exemple en date : au mois de juin 2011, les élections des délégués sont boycottées par l'UOIF, proche des Frères musulmans, et par la Grande Mosquée de Paris (proche de l'Algérie. Pendant des mois, Claude Guéant tentera en vain réformer le CFCM.

Nouveau rebondissement il y a deux jours, quand l'UOIF et la Grande Mosquée de Paris publient un communiqué commun. Après avoir bloqué la réorganisation du CFCM, les deux organisations appellent à sa refondation et plaident pour l'organisation d'assises de l'Islam de France d'ici un an. Tout cela sans que Mohamed Moussaoui, l'actuel président marocain du CFCM, en soit informé.

Reste à savoir ce que dira Manuel Valls, le ministre des Cultes, de cette énième tentative de réforme du CFCM, lui qui avait, lors de sa première intervention publique à Marseille le 21 mai dernier, salué monsieur Moussaoui comme « un homme de sagesse et de dialogue ».

Une chronique deLaëtitia Saavedra

Les liens

Conseil français du culte musulman Le site officiel de l'instance représentative du culte musulman en France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.