En ce jour de la fête du travail, l'animal de circonstance c'est évidemment.... le paresseux.

Paresseux
Paresseux © CC

Paresseux, peut-être, mais fainéant sûrement pas car, en fait, notre mammifère ne rejette pas l'effort, il a tout simplement réussi l'une des plus remarquables adaptations et ce depuis plus de 25 millions d'années.

C'est dans la canopée, au plus haut de la forêt, pour profiter des rayons du soleil et éviter les prédateurs que le paresseux élit domicile, tête en bas, accroché aux branches par des puissantes griffes.

La haut, quand il ne se repose pas, il cherche sa nourriture.

Premières surprise : il est végétarien et ne possède pas d'incisives pour couper les feuilles dont il se nourrit.

Derrière sont éternel sourire, sa mâchoire est exclusivement composée de molaires (18 au total) qui vont lui permettent de mâcher une végétation dont il digère très lentement la cellulose. Son estomac est même compartimenté pour faciliter la digestion. Résultat, il ne fait ses besoins qu’une fois par semaine.. au péril de sa vie. Car il descend au sol, il creuse un trou pour déposer sa crotte et qu'il retourne se mettre à l'abri dans les hauteurs. Évidemment, pendant tout cet exercice, il s'expose aux prédateurs, notamment les félins, car il se déplace extrêmement lentement.

On a calculé qu’au sol il faisait du 158 mètres à l'heure, soit 6h30 pour parcourir 1 km.

Il va un peu plus vite dans les arbres avec 270 mètres à l'heure et nage pas si mal puisqu'on a enregistré 500 mètres à l'heure.

Des scientifiques se sont demandé pourquoi prend-il le risque d'aller faire ses besoins au sol pendant de longues années, et qui on a peut-être trouvé sa réponse en 2014 avec des chercheurs américains.

Ces derniers ont, en effet, constaté que des papillons fréquentaient la fourrure du paresseux et que leurs larves se nourrissaient de ses excréments une fois qu'il les avaient enterrés.

Le paresseux descendrait donc faire ses besoins au sol pour le bonheur des papillons.

Et plus il attire les papillons, plus la concentration de son pelage en azote augmente.

Or, l'azote en question sert disons d'engrais aux algues qui recouvrent la fourrure du paresseux.

Et ces algues ont une double fonction : d'une part, elles servent de complément alimentaire, très riches en glucides et en lipides pour le paresseux qui s'en nourrit, et d'autre part elles font office de camouflage pour qu'il se dissimule dans la végétation.

Et qu'il puisse dormir sur ses 2 oreilles. Il est du reste autant diurne que nocturne et passe entre 14 et 16 heures par jour à se reposer mais là encore, il y a controverse : certains neurologues estiment qu'ils ne dormiraient que durant 9 heures.

Quoi qu'il en soit, je ne résiste pas au plaisir de rappeler la remarque d'Olivier Roland dans l'éloge de la paresse :

« les paresseux ont un mérite, ils ne déclenchent pas de guerre ».

Festival Nature dans l'Ain
Festival Nature dans l'Ain © Radio France

Dans l'actualité : de vendredi à dimanche prochain, c'est le « Festival Nature Ain », à Hauteville – Lompnes.

Pour cette 4ème édition, une série de films, conférences et autres stages photos, avec un parrain prestigieux : Laurent Ballesta qui présentera son exposition sur le cœlacanthe.

Il y aura d'autres photographes remarquables avec, en plus, 1000 clichés sélectionnés par un jury pour le concours photo.

Si vous passez dans le coin, ça vaut le détour.

Les liens

Festival Nature dans l'Ain

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.