200 à 500 échouages de dauphins sont enregistrés chaque année avec une année restée historique : 1997 où l'on avait compté 700 carcasses récupérées sur les côtes en trois mois.

Dauphins jouant dans l'eau à Paihia, Baie des îles, Île du Nord Nouvelle-Zélande.
Dauphins jouant dans l'eau à Paihia, Baie des îles, Île du Nord Nouvelle-Zélande. © Getty / Tim Clayton

Bilan alarmant pour les dauphins qui viennent s'échouer sur les côtes Atlantiques

On peut même dire que c'est du jamais vu puisqu'en moyenne, 200 à 500 échouages de dauphins sont enregistrés chaque année avec une année restée historique : 1997 où l'on avait compté 700 carcasses récupérées sur les côtes en trois mois.

Or, cette année, on a comptabilisé près de 800 dauphins en deux mois : février et mars.

Tous les dauphins sont touchés ?

C'est plus particulièrement le dauphin commun qui est affecté. Il s'agit d'un cétacé d'environ 2 mètres pour 100 kg qui a l'habitude de vivre en groupe pouvant compter une cinquantaine d'individus.

A-t-on une explication sur ces échouages ?

Il y a eu trois tempêtes très violentes mais elles ne sont pas à l'origine des mortalités, elles ont seulement ramené les corps à la côte. Pas question non plus de conclure à des échouages collectifs du style désorientation lorsqu’un groupe suit un leader malade ou accidenté.

Non, pour la circonstance, l'observatoire PELAGIS, rattaché à l'université de La Rochelle et au CNRS, qui coordonne le réseau national d’échouage grâce à 300 correspondants, met en cause les systèmes de pêche.« Le phénomène actuel correspond à plus de 30 fois le niveau normal d’échouages sur nos côtes » précise-t-il, en ajoutant que « plus de 90 % des animaux examinés présentaient des traces de captures accidentelles dans les engins de pêche ».

Quelles genres de traces ?

Des fractures, des amputations des nageoires, des traces de maillage, etc. Il est évidemment extrêmement rare de retrouver des animaux vivants. Face à cette situation, les scientifiques ont fait des exercices de modélisation pour identifier les zones probables de mortalité en mer et également le nombre d'animaux touchés. On arrive à une estimation basse de 3 500 dauphins morts depuis le début de l'année.

Quelles sont les techniques de pêche mises en cause ?

Essentiellement ce que l'on appelle « les chaluts pélagiques en bœuf » c'est-à-dire des filets tractés par deux chalutiers qui ont l'avantage de ne pas racler les fonds marins mais qui – évoluant entre deux eaux – peuvent capturer des cétacés en prélevant des poissons vivant en bancs serrés, comme les bars.

Y a-t-il une solution possible ?

On a, en tous cas, des pistes notamment technologiques, proposées par l'Ifremer. Elles visent à modifier les engins de pêche ou à installer des répulsifs acoustiques. Mais, quelle que soit la solution, elle doit bien sûr être envisagée avec les professionnels de la pêche. Le seul problème – et pas des moindre – c'est qu'aujourd'hui, aucun programme de limitation de ces captures accidentelles n'est financé. Or, à ce rythme, les acteurs du programme PELAGIS sont formels : à terme, la population de dauphins communs, pourrait ne pas résister à une telle pression...

Du côté de Monaco, on s'intéresse aussi aux échouages de dauphins

Pendant une semaine, effectivement, la Principauté va traiter du sujet avec un constat un peu différent : non seulement les dauphins sont victimes des filets mais ils souffrent aussi des pollutions chimiques et sonores.

Les conseils culture d'Allain Bougrain-Dubourg

Le 11ème du genre qui se déroulera de vendredi à dimanche prochain avec une multitude de projections de films, d'expositions de sculpteurs, de devinettes sonores, de lectures ou encore de sorties nature. Tignécourt, c'est une centaine d'habitants et plus de 3 300 visiteurs. Si vous êtes dans la région, faites le détour, c'est gratuit !

Un festival référent avec une multitude de films en compétition, des expos photos et autres parcours artistiques.

C'est l'incontournable Jean-Louis Gouraud qui, en près de 600 pages, vagabonde de l'Afrique à l'Asie et de l'Orient à l'Occident à travers la culture équestre. Près de 1 000 variétés de chevaux sont ainsi passées en revue. C'est édité par Belin.

La citation de la semaine

Ne renions pas nos proches parents, les bêtes, leur histoire et la nôtre.

Jack London

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.