Renard
Renard ©

Depuis quelques longues semaines déjà (disons depuis décembre), goupil (au passage goupil était le nom qui désignait initialement le renard, c’est le succès du « roman de renart » qui, au 13ème siècle, va le débaptiser…).Goupil donc, s’agite car c’est la période de reproduction.Et si Madame est en chaleur, c’est surtout Monsieur qui se dépense en parcourant de longues distances, voire en se battant avec d’autres mâles, avant de trouver l’élue.Et là c’est le bonheur…. Mais un bonheur fugitif car l’accouplement ne dure que quelques secondes seulement, même si les deux animaux peuvent rester accrochés plus d’une heure.Cela dit, on a constaté que les femelles étaient en chaleur durant 3 jours seulement, en moyenne. Mais le mot chaleur a du sens :Elles sont chaudes au point d’accepter 3 mâles différents en une heure ! Résultat, les jeunes d’une même portée peuvent être de pères différents.Quand naissent ces enfants du plaisir ? La gestation de la femelle dure une cinquantaine de jours (10 jours de moins que le chien). Les naissances ont lieu généralement vers la mi-mars/début avril, mais avant la femelle va rechercher un terrier, souvent déjà creusé par un blaireau, par exemple.Et elle va l’aménager pour mettre bas. Mais elle n’est pas toute seule, car tous les pères, voire les mâles qui auraient bien voulu le devenir, peuvent l’accompagner dans cette démarche.De sorte que l’on trouve des terriers avec plusieurs femelles et plusieurs mâles sans pouvoir identifier précisément qui fait quoi et qui est qui...Et il y a combien de jeunes ? Il peut y en avoir jusqu’à une douzaine, mais la moyenne c’est 3 à 6 petites qui attendront 2 semaines avant d’avoir les yeux ouverts et de commencer à entendre.Deux semaines plus tard, ce sont les premières sorties hors du terrier.Et à 5 semaines, tous les renardeaux se lancent dans des poursuites, des jeux et des compétitions notamment avec les proies apportées par les adultes.À ce propos, on a constaté que les parents amenaient souvent des taupes, que les jeunes ne mangeaient pas.Quelle est l'explication ? Certains scientifiques ont conclu qu’il s’agissait tout simplement de jouets offerts aux petits.Quoi qu’il en soit, vers le mois de septembre, les jeunes ont atteint la taille des adultes et s’engagent dans leur propre destin.Un destin pas évident, il y a une grande mortalité

Si un renard a une longévité théorique de 15 à 20 ans, dans la vraie vie il en va autrement.On estime qu’entre 90 et 98 % des renards n’atteignent même pas l’âge de 5 ans et qu’ 1% seulement a une espérance de vie approchent les 10 à 11 ans.Il y a 4 grandes causes :- les collisions (voitures, trains, etc…)- la chasse, le piégeage ou les poisons- les prédateurs et, dans une moindre mesure, les maladiesPour conclure, je voudrais souligner qu’un renard peut manger entre 6 et 10 000 campagnols par an et que c’est complètement incohérent de lui faire la guerre alors que c’est un allié de l’agriculture.

Dans l'actualité, cette semaine, vous recommandez « La gueule du loup » qui sort mercredi prochain

C'est un film de Jérôme Ségur à qui l'on doit « Inuit, les âmes blessées » ou encore « Conquérants » et qui ouvre le dossier de la cohabitation avec le loup.Il y a déjà eu pléthore d'articles et de reportages sur ce thème qui échauffe les esprits et j'avoue que j'ai vu le film avec une certaine appréhension et que j'en suis ressorti plutôt content.Pas de parti pris, un constat éclairant et l'opportunité pour chacun de se faire un point de vue, en considérant, pour ma part, que la mort du loup ne résoudra pas l'épanouissement des bergers.Vous avez retenu « Jungle Doctor » de Norin Chain.Norin est vétérinaire du Muséum National d’Histoire Naturelle. Mais au delà de ses interventions au Jardin des Plantes,il parcourt le monde pour venir en aide aux animaux sauvages malades ou blessés.La série « L'arche de Norin » sur France 2 a, du reste, illustré son engagement.C'est une épopée qu'il nous raconte avec émotion en considérant qu'être vétérinaire est aussi une façon de soigner le monde.Un livre aussi passionnant qu'émouvant édité par Larousse.

La citation de la semaine...

De Philippe Geluck : "La différence entre la chasse et la guerre, c'est qu'à la chasse on ne fait pas de prisonniers"

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.