Alors que l'Amérique s'apprête à élire le 45ème président des Etats-Unis, petit retour en arrière avec le 3ème président : Thomas Jefferson.

Jefferson 1791
Jefferson 1791 © Radio France

A la lecture de l'excellente revue «Espèces » notre Allain Bougrain Dubourg s'est attardé sur un article étonnant de Eric Buffetaut, directeur de recherche émérite au CNRS, dont le titre est « Buffon contre Jefferson ».

Nous sommes en 1761 et l'éminent naturaliste décrit la faune américaine avec quasiment du mépris.

« que des sujets modelés en petit, des formes imparfaites qui paraissent avoir été négligées ou manquées. Les animaux sont presque tous sans défense, sans corne et sans queue. Leur figure est bizarre, leur corps et leurs membres mal proportionnés.Eric Buffetaut poursuit ainsi la description étonnante de Buffon qui, en dehors des reptiles et de quelques insectes, considère que les animaux du nouveau monde se sont « rapetissés » par rapport à ceux de l'ancien monde.

A l’époque, Buffon (qui au passage n'a jamais mis les pieds en Amérique) croit qu'il fait froid et humide dans le nouveau monde, alors que chez nous, dans le vieille Europe, le climat est chaud et ensoleillé, d'où la présence d'animaux chétifs outre-Atlantique et puissants dans l'ancien monde.

Thomas Jefferson est beaucoup plus jeune que Buffon. Ils ont 43 ans de différence, mais il va devenir représentant des États-Unis en France, durant près de 5 ans et va évidemment rencontrer l'éminent naturaliste français. Bien sûr cette rencontre va très mal se passer...

Buffon 1753
Buffon 1753 © Radio France

Pour les curieux de nature et dans l'actualité, à noter ce livre de référence :

« Le droit animalier » de Jean-Pierre Marguenaud, Florence Burgat et Jacques Leroy, édité aux PUF

le droit animalier
le droit animalier © Radio France

Ainsi que cet autre livre: « Une promesse de nature » de Pierre Gay , édité par Delachaux et Niestlé

 Une promesse de nature de Pierre Gay
Une promesse de nature de Pierre Gay © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.