C'est le nom d'une exposition à voir en ce moment au Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes.

Gros plan de fourmis la nuit
Gros plan de fourmis la nuit © Getty / Muhamad Hamizi Sharif/EyeEm

Des fourmis qui envahissent tout l'espace avec à l'extérieur, certaines qui grimpent sur la façade du Muséum, d'autres, des géantes qui s'échappent d'une fourmilière mais, rassurez vous, ce ne sont que des reproductions.

À l'intérieur, en revanche, elles sont bien vivantes

Oui, notamment dans une structure vitrée de 10 mètres de long qui accueille une espèce très particulière. Il s'agit de « L'Atta céphalote », autrement dit, une espèce tropicale du nouveau monde qui coupe des feuilles ou des pétales de fleurs et qui élève des champignons.

Elles se nourrissent des feuilles ou des champignons ?

Des deux ! Elles mangent les feuilles et les brindilles qu'elles transportent dans leur nid, mais cette matière végétale sert aussi de support organique nécessaire aux champignons qu'elles vont également consommer. Et on a constaté que cette association entre la fourmi et le champignon est vieille de 30 millions d'années.

Dans cette exposition, on les voit en action

Oui, parce que des loupes ont été placées dans les parois des terrariums pour pénétrer dans l'intimité des fourmis et voir combien la colonie repose sur le partage des taches ainsi que des comportements très sophistiqués notamment dans la communication.

Il a fallu reconstituer les conditions tropicales pour maintenir ces colonies

On maintient une température approchant les 24° et un taux d'humidité de l’air de plus de 40%.

On offre chaque jour aux fourmis un ravitaillement de branchages de troène, de roses ou d'aucuba ainsi que des pommes et des oranges et on retire périodiquement les « cimetières », c'est à dire les endroits où les fourmis déposent les cadavres des ouvrières ainsi que les détritus divers.

Combien de temps vivent ces colonies ?

Une colonie de fourmis Atta vit en moyenne une quinzaine d'années avec une seule reine. On devrait la reconnaître facilement : c'est la plus grosse des fourmis mais, en général, elle vit cachée dans le champignon, donc elle est rarement visible.

Une seule reine et un seul mâle

Un mâle que l'on surnomme « le prince » qui va mourir tout de suite après l'accouplement et qui n'a pas démérité puisqu’il a confié quelques200 à 300 millions de spermatozoïdes à la reine. C'est ainsi que cette dernière va produire plus de 28 000 œufs par jour, soit en moyenne une vingtaine d’œufs à la minute.

On a calculé qu'une seule reine pouvait donner naissance à près de 200 millions de descendants en 10 ans !

Beaucoup d'autres choses à voir dans cette exposition

Des films en 3D et une multitude d’informations sur les quelque 12 000 espèces de fourmis qui peuplent la planète.

►►► Mille milliard de fourmis, c'est à voir jusqu'au 27 février au Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes

Dans l'actualité, cette semaine, la sortie mercredi 16 février du film « L'empereur »

On le doit à Luc Jacquet qui avait obtenu un succès mondial avec « La marche de l'empereur » et on espère qu'il va récidiver en restant dans l’univers de l'Antarctique qui sert de décor, décor de l'extrême, au premier voyage d'un jeune manchot. Des images à couper le souffle et un commentaire bien senti par Lambert Wilson.

Un hors série de l'Obs intitulé « L'homme et l'animal »

L'Obs revisite 30 000 ans d'histoire commune à travers la domestication, les comportements, les dernières découvertes, etc. Et le témoignage de personnages avisés comme Boris Cyrulnik, Jean Claude Ameisen, Franck de Waal et bien d'autres.

Il y a même un billet d'humeur très aigri de Jean-Pierre Digard, qui considère que « tout cela c'est du politiquement correct, que la propagande animalière est en passe d'imposer ». A vous de juger !

La citation de la semaine

Le chien l'emporte sur l'homme en amitié

C'est Voltaire qui répondait ainsi à Descartes, lequel considérait les animaux comme des mécaniques.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.