Du 17 au 21 mai, la Fête de la nature met en avant les richesses de notre environnement.

Escargot sécrétant du mucus.
Escargot sécrétant du mucus. © Getty / ZenShui/Odilon Dimier

Près de 700 000 participants en France sont attendus et pas loin de 5 000 balades et animations en tous genres sont prévues pour cette fête dont le thème est cette année : « Les super pouvoirs de la nature ».

Quels genres de super pouvoirs ?

Du martinet noir, qui dort dans le ciel, à la musaraigne dont le cœur bat 1 200 fois à la minute (pour rappel, chez nous c'est 70 battements...), on a l'embarras du choix. Mais la Société Nationale de Protection de la Nature, qui s'investit sans compter dans la Fête de la nature, a identifié quelques exemples révélateurs.

Innovations médicales

En effet, on considère que 60 % des médicaments chimiques présents sur le marché sont issus ou dérivés de substances naturelles généralement d'origine végétales. La SNPN rappelle que l'un des médicaments les plus consommés au monde, l'aspirine, provient du saule blanc et de la reine des prés. Le pavot blanc a permis, grâce à la morphine, d'être l'un des antalgiques les plus efficaces. On pourrait parler d'une moisissure, le pénicillium qui secrète un puissant antibiotique et qui a permis la création de la pénicilline en 1928...

La moule intervient aussi dans le secteur médical

Plus exactement le byssus, c'est cette petite barbe qui permet au coquillage de s'accrocher très solidement au rocher. C'est en s'inspirant de sa résistance qu'on a mis au point une glu médicale pouvant stopper une hémorragie en 60 secondes.

On reste dans le milieu aquatique, mais cette fois très salé...

...pour parler de l'artémie qui est un petit crustacé, disons une petite crevette capable non seulement de vivre dans des eaux extrêmement salées mais aussi capable de produire des formes de « survie » appelées « cystes ». Ces sortes de petits œufs peuvent supporter l'assèchement et résister à des températures allant de – 190° à + 105°. Les amateurs d'aquariophilie connaissent bien ces cystes puisqu'ils servent à nourrir les poissons.

La bave du petit gris est magique

Non seulement elle se transforme en sorte de « colle glissante » et lui permet de se déplacer sur tous les supports à la verticale, mais elle peut participer à la reconstruction de la coquille quand elle se fend.

Les femmes « mapuches », vivant au Chili, sur la cordillère des Andes, ont compris depuis longtemps les propriétés de cette bave : elles appliquent directement les escargots sur leur visage, ce qui ralentit le processus de vieillissement de la peau. Une multitude de crèmes de soins inspirées de ce constat sont désormais sur le marché.

Dans un autre genre, les mangroves sont des boucliers de l'avenir

Avec la multiplication des tsunamis, on a constaté qu'elles pouvaient diviser par quatre la hauteur des vagues par kilomètre de mangrove parcouru. De nombreuses opérations de replantation ont été lancées dans ce but avec un autre avantage : ces forêts de palétuviers abritent d’innombrables oiseaux, singes, poissons, crabes, etc... ce sont de véritables nurseries de la biodiversité.

►►► EN SAVOIR PLUS | La Fête de la nature, du 17 au 21 mai 2017 - Le programme

Dans l'actualité

  • La primatologue Jane Goodall remet en cause l'expérience animale sur les singes

Elle n'est pas toute seule, puisque l'association Antidote Europe précise que 133 parlementaires britanniques, de divers partis politiques, s'associent pour demander un débat scientifique sur le thème : « Les expériences sur les primates bénéficient elles aux humains ? ».

Outre-manche, cette question passionne l'opinion publique qui est également favorable à une sorte de référendum qui permettrait de trancher la question.

L'objectif, c'est de faire adopter quelque 9 000 animaux conservés actuellement dans les 63 refuges et maisons de la SPA. Il y aura bien sûr des chiens et des chats, mais aussi des chevaux, des poneys et des ânes. A votre bon cœur...

Le conseil lecture d'Allain Bougrain-Dubourg

Pour ceux qui veulent conjuguer nature et aventure : « Robinson des glaces » par Emmanuel Hussenet qui est guide polaire et écrivain. Et qui s'est attaché à une petite île de 130 hectares, l'île de Hans, (perdue dans l'extrême nord de l'Arctique) qui est revendiquée par le Danemark et le Canada.

Notre Robinson voudrait en faire un territoire symbolique de l'engagement pour la planète. C'est une belle aventure publiée par les éditions Les arènes.

La citation de la semaine

Nous aimons les animaux parce qu'ils ne mentent pas, c'est pour cela que l'homme les a mis en esclavage : ils lui rappelaient la vérité

Henry de Montherlant

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.