On sait que la pollution sonore affecte la santé des hommes, mais elle touche aussi l'avenir de certains animaux

Panneau d'avertissement sur site de passage de batraciens en ville en printemps,
Panneau d'avertissement sur site de passage de batraciens en ville en printemps, © Maxppp / Philippe Clément/BENELUXPIX

On en parlait déjà à la fin du siècle dernier mais, depuis le début des années 2000, de nombreuses études scientifiques confirment que la pollution sonore, due au trafic routier, notamment, perturbe les systèmes de communication de beaucoup d'animaux.

C’est particulièrement vrai pour les oiseaux des villes qui sont obligés de chanter plus fort et plus aigu que les oiseaux des campagnes.

Quelles conséquences ?

Des études scientifiques, menées en Angleterre, ont démontré la relation étroite entre l'augmentation du bruit et la diminution de densité des oiseaux nicheurs.

A la campagne, près d'une route à grande circulation, les batraciens peuvent aussi être affectés. C'est ce que montre une étude conduite notamment par Thierry Lengagne, du CNRS à Lyon, qui constate que si certains batraciens arrivent à s'adapter de façon étonnante en décalant, par exemple, leurs signaux sonores vers les fréquences aiguës pour couvrir les fréquences graves de la circulation, d'autres sont complètement désemparés.

Stress de la rainette verte

Les chercheurs ont constaté qu'après 10 jours d'exposition le long d'une nationale, comptant jusqu'à 3 500 véhicules par heure, un groupe de rainettes a connu une augmentation de 63 % de l'hormone du stress.

« Les animaux exposés au bruit du trafic étaient immunodéprimés par rapport à un groupe témoin » nous précise Thierry Lengagne.

Les rainettes ont aussi changé de couleur

Effectivement, sous l'effet du stress, la coloration orange rouge des sacs vocaux des mâles les plus performants en terme de reproduction est devenue terne.

Conséquences : des mâles peu performants peuvent être choisis par les femelles et distribuent leur gênes aux générations futures, alors qu'en temps normal, ils sont repoussés par ces dames.

A propos de pollution sonore, il y a celle qui affecte les cétacés

ABD Oui, là aussi l'impact est avéré. En septembre 2002, des bateaux de l'Otan avaient réalisé des exercices entre les Canaries et Gibraltar. Le même jour, 14 baleines a bec furent retrouvées mortes suite à des lésions au niveau des oreilles. Même chose du reste, un an plus tôt, au large de l'Espagne où l'on avait récupéré une multitude de calmars géants.

PM Qu'est ce qui provoque ces agressions sonores ?

On sait désormais que les sonars militaires a basses fréquences pour détecter les sous-marins ou les canons à air utilisés pour les prospections pétrolières, sont devenus extrêmement meurtriers. Et la situation est d'autant plus préoccupantes que le réchauffement climatique favorise l'acidification des océans, une acidification qui accélère la propagation du son...

Dans l'actualité

  • Les animaux vont s'inviter au Festival international du journalisme vivant.Initié par Le Monde, L'Obs, La Vie et bien d'autres médias, le festival est autrement nommé Les ateliers de Couthures (Couthures, c'est un village en bord de Garonne). Ces ateliers ont prévu d'accorder une large place à nos relations avec l'animal : comment vivre avec le sauvage, quand l'animal inspire l'artiste, profession véto, les animaux dans l'histoire et bien d'autres thèmes seront évoqués avec une multitude d'experts, mais aussi des concerts, du théâtre, en résumé, la fête, y compris pour les enfants qui profiteront d'un grand nombre d'animations animalières. Il est possible de s'y inscrire dès à présent. Allain Bougrain-Dubourg y sera pour plaider en faveur de la biodiversité.

►►► EN SAVOIR PLUS | Le programme du festival du Journalisme Vivant du 27 au 30 juillet.

  • Vendredi et samedi prochain, le parc national des écrins proposeÉcrin de nature. C'est à Pont du Fossé, dans les Hautes-Alpes, une invitation à découvrir – jour et nuit – des plantes, des insectes, des oiseaux, des amphibiens et autres animaux grâce à la compétence des naturalistes. Écrin de nature, un vagabondage sur le terrain entièrement gratuit !

►►► EN SAVOIR PLUS | Le programme Écrin de nature du parc national des écrins le 23 et 24 juin.

Les conseils culture d'Allain Bougrain-Dubourg

Un livre : Charlie au Labo qui retrace les meilleures chroniques science de Charlie Hebdo. Une large place est faite aux questions écologiques avec toujours une grande rigueur, sans évidemment se prendre au sérieux. La plume est tenue par Antonio Fischetti et l'illustration est assurée par l'excellent Loïc Faujour. Aux éditions Belin.

Et un autre livre : Les libellules de Provence Alpes Côte d'Azur. Un atlas de plus de 350 pages et 500 photos, un travail collectif de quelques 1000 contributeurs qui, durant six ans, ont collecté toutes les informations sur l'un des insectes les plus populaires de France. C'est notamment porté par l'OPIE (l'Office Pour les Insectes et leur Environnement), aux éditions Biotope.

La citation de la semaine

Géronimo, chef Apache (Agenda 2017- Amerindien éditions Joé) :

Quand le dernier arbre aura été abattu. Quand la dernière rivière aura été empoisonnée. Quand le dernier poisson aura été pêché. Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.