L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature parle « d'extinction silencieuse » à propos de la girafe.

Girafon Dobby, né en février 2017, et sa mère au zoo de Denver, Colorado.
Girafon Dobby, né en février 2017, et sa mère au zoo de Denver, Colorado. © Getty / Joe Amon

On évoque davantage le déclin des tigres, rhinocéros et autres pandas, mais le plus grand animal de la planète vient pourtant de connaître une baisse de 40 % de ses effectifs en 30 ans.

Globalement, la population est passée de 150 000 individus, il y a 25/30 ans, à quelque 97 000 aujourd'hui.

Les explications

On retrouve les causes propres à de nombreux déclins d'espèces : en premier lieu, la perte d'habitat avec l’extension des zones agricoles. Mais aussi le braconnage, bien sûr, et de manière non négligeable, les conflits armés dans plusieurs pays africains. En pareil cas, la faune sauvage est décimée pour alimenter les armées ou abattue pour affecter le tourisme.

C'est un animal hors du commun, et pas que par sa taille

Un mot sur sa taille quand même : 5,50 mètres, et même davantage pour le mâle, et quasiment un mètre de moins pour la femelle. C'est notamment le cou qui donne ces hauteurs, un cou composé d'autant de vertèbres cervicales que chez vous et moi, c'est à dire 7, mais chacune d'entre elles fait près de 40 cm.

Un cou qui peut poser problème

D'abord parce qu'il faut hisser le sang jusqu'au cerveau, mais il faut aussi le retenir, ou en tous cas, le contrôler, lorsque la girafe baisse la tête pour boire afin d'éviter l'accumulation violente du sang qui peut conduire à ce que l'on appelle en voltige aérienne « le voile rouge ».

Pour gérer ce problème, la girafe dispose d'une série de muscles spécialisés et de valvules qui canalisent le sang à raison de 170 pulsations par minute pour une pression artérielle deux fois supérieure à la notre.

Du reste, la NASA a considéré que la girafe constituait un modèle idéal pour étudier l'effet de la gravité sur la circulation sanguine.

La girafe est-elle muette ?

C'est une erreur. En fait, elle s'exprime essentiellement par basses fréquences, un peu comme peuvent le faire les éléphants, et donc les vocalisations sont très peu audibles par l'homme.

L'Université de Vienne, en Autriche, a travaillé sur ce qu'on appelle le mugissement de la girafe. On ne sait pas ce qu'elle "dit", mais on a constaté que des groupes de girafes pouvaient ainsi s'adresser des messages à distance.

Par ailleurs, je rappelle qu'elles communiquent également avec les mouvements du cou qui donnent des indications entre individus.

La France se préoccupe des girafes depuis longtemps

Au moins depuis 1827, lorsque le pacha d'Egypte offrit une girafe à Charles X, c'était Zarafa, qui rejoindra Paris depuis Marseille, à pied, au cours d'un incroyable périple.

Mais aujourd'hui, c'est le groupe du parc zoologique de Vincennes, géré par le Muséum National d'Histoire Naturelle, qui fait référence au plan mondial, notamment à travers un programme d'élevage remarquable.

Le but de ce dernier vise, entre autres, à faire voyager des gamètes issues de ces girafes pour favoriser la reproduction de girafes en Afrique de l'ouest.

Les girafes, des animaux plus menacés qu'on ne le croit
Les girafes, des animaux plus menacés qu'on ne le croit © Getty / Sean Gladwell

Dans le reste de l'actualité

  • La Flandre va interdire l'abattage sans étourdissement

L'étourdissement préalable avant la saignée pour les chèvres et les moutons sera obligatoire à partir de 2019. Quant aux bovins, les scientifiques des Universités de Bristol et de Grand ont mis au point une technique par électronarcose permettant de satisfaire les communautés religieuses imposant l'abattage rituel.

Une occasion de rappeler que la Fédération des vétérinaires d'Europe a déclaré que « l'abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toutes circonstances ». Avis partagé par l'Ordre des vétérinaires Français.

Le conseil culture d'Allain Bougrain-Dubourg

C'est un ouvrage qui fait suite à « l'Université d'été de l'animal » et qui apporte un éclairage passionnant sur l'intelligence animale.

Gille Boeuf, Pascal Picq, Claudine André et d'autres grand.e.s expert.e.s, y ont contribué en faisant part de leur propre expérience. On constate que le rire n'est pas le propre de l'homme, qu'on peut manager une équipe en s'inspirant des bancs de poissons ou encore que les fourmis ont inventé l'agriculture...

La citation de la semaine

Le monde n'est pas une fabrique et les animaux ne sont pas des produits à l'usage de nos besoins

Arthur Schopenhauer (philosophe d'inspiration bouddhiste)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.