"Nos vies martiennes" est le quatrième album d’Étienne Daho. Avec ce disque, il prouve qu’il est là pour durer. Des titres comme "Des heures Hindoues" ou "Bleu comme toi" symbolisent l’ouverture du champ musical d’Étienne Daho. Quatrième épisode de "Daho, fan de pop".

Etienne Daho en 1985 à Paris
Etienne Daho en 1985 à Paris © AFP / PASCAL GEORGE

Une serie des MFP proposée par Jean-Luc Lehmann (RTS) et Matthieu Ramsauer (RTS).

La diversité de ses mélodies prend racine dans ses premiers émois musicaux. Elle se complète avec la déflagration liée à la découverte du Velvet Underground. Un temps où Étienne vivait encore à Rennes, habité par ses idoles qu’il finira par rencontrer.

En 1985, Françoise Hardy remet à Etienne Daho son premier disque d'or pour La Notte, la notte

Au coeur de cet album, un rêve devenu réalité, chanter avec l'icône française des sixties. Le lien s'est resserré depuis La Notte, la notte. Ces deux-là se connaissent bien. Quels sont les débuts de cette histoire-miroir ? Plongée au coeur de l'album sorti à l'été 1988 : Pour nos vies martiennes. C'est un album créé avec Ben Rogan à Londres beaucoup plus sombre. On le comprend dès la pochette dessinée par Guy Peellaert. 

Couverture de Pour nos vies martiennes d'Etienne Daho dessinée par Guy Peellaert
Couverture de Pour nos vies martiennes d'Etienne Daho dessinée par Guy Peellaert / Virgin

Françoise Hardy : 

Quand j'ai entendu Des Heures hindoues, j'ai dit à Etienne Daho : c'est tout ce que j'ai toujours aimé toute ma vie. Là, il y avait un vrai point commun dans nos deux univers musicaux. J'ai mesuré sa gentillesse quand il me l'a proposée. Ça ne s'est pas fait, mais sinon, il aurait eu beaucoup à y perdre. Des Heures hindoues reste l'une de ses chansons que je préfère.

Dans cet épisode, il est aussi question

  • De la présence dans sa discothèque d'une édition japonaise offerte par Jacno d'un disque de Françoise Hardy qu'il adore  : une pochette orange avec une photo de Jean-Marie Perrier avec le profil de la chanteuse. C'est un album qu'elle a confectionné toute seule, donc très "hardyen". Un disque fondateur pour Etienne Daho. 
  • De sa rencontre avec Ben Rogan
  • Retour sur son arrivée à Rennes en 1965, où il vit chez sa tante et son oncle. Il débarque dans une classe qu'il n'apprécie pas trop. Un jour, son oncle lui rase partiellement la tête pour le punir de ses mauvais résultats. Il est bientôt rejoint par sa mère qui traverse une période difficile...

avec : Tristan Bera, Cachin Benoît, Criquette Eluard, Marcello Giuliani, Benoît Ledez, Nathalie Noennec, Thierry Suc. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.