Dans la playlist d’été de France inter : un frisson signé Vladimir Cauchemar.

Vladimir Cauchemar, disc jockey, compositeur, beatmaker, producteur d'EDM et musique électronique
Vladimir Cauchemar, disc jockey, compositeur, beatmaker, producteur d'EDM et musique électronique © Sylvere H
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Aulos » c’est avec ce morceau qui deviendra sa signature que Vladimir Cauchemar s’était fait connaitre en 2017. A l’époque on ne sait rien de lui, il n’a pas visage d'abord, et peu après le DJ et producteur de musique électronique apparaîtra masqué (avec une tête de mort, un crâne blanc souriant qu’il ne quittera plus lors de ses apparitions en festival). 

Dès le départ la musique comme le nom de Vladimir Cauchemar joue sur un souvenir à double détente : le nom du compositeur de musiques de films Vladimir Cosma est détourné, tout comme cette pièce de flute baroque de Telemann (soyons précis : Fantasia No. 3 in B Minor de Georg Philipp Telemann version TELDEC Classics 1995) et d’un sourire, Cauchemar nous fait danser. 

On le verra ensuite collaborer avec des rappeurs comme l’américain 6ix9ine, Freeze Corleone en France ou encore le japonais HIYADAM. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Après quatre années à livrer au compte-goutte des singles et des coups de collaborations toujours plus inattendues, Vladimir Cauchemar sortait enfin son premier album au début du mois, Brrr (c’est le titre qui fait froid dans le dos) une carte de visite plus qu’impressionnante. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Brrr est un EP, avec 10 morceaux et pas moins de 11 invités, et l’on y retrouve une flute, toujours présente ici mêlée au flot unique de Lala &Ce

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Et oui il faut reconnaitre ca : Vladimir Cauchemar ne va jamais dans la même direction, et pourtant, on le reconnait à tous les coups. 

Souvenez-vous déjà avec Vald en 2019, autre flûte encore d’Afrique du Nord : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Changer de rythme mais pas de vision » : « Elevation » Vladimir Cauchemar avec Vald. C’était sorti déjà en 2019 et on retrouve ce morceau au final du dernier EP de Vladimir Cauchemar.

Un disque court et dense qui emprunte les chemins les plus inattendus : un clin d’œil à "Double Je" de Christophe Willem (dans le titre « Bloccc » feat. RK), une pièce de piano seul (Encore) et flotte partout un parfum de Japon : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je vous traduis un peu : Akumu no hajimari : en français « le début d'une esthétique et d'un cauchemar ». 

Le musicien français qui tient à garder son identité secrète, même si on a cru deviner qu’il était aussi actif au sein d’un duo d’electro, une pointure reconnue en France pour ses productions livre avec Brrrr le frisson idéal de cet été qui commence. 

Une collaboration avec un des jeunes rappeurs les plus talentueux du moment et dont on parle beaucoup Benjamin Epps.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Blizzard, sans batteries, tout en violon, appuyé sur la musique d'un compositeur japonais encore, le lyrisme Seiji Yokoyama : Blizzard 

Contact
Thèmes associés