Le premier volume des Archives de Joni Mitchell, consacré aux débuts de sa carrière musicale, vient de sortir sous la forme d’un coffret de cinq CD.

Joni Mitchell, auteure-compositrice-interprète, musicienne, chanteuse et peintre, en 1970.
Joni Mitchell, auteure-compositrice-interprète, musicienne, chanteuse et peintre, en 1970. © Getty / Michael Ochs Archives

Ce coffret, avec plus de six heures de musique à travers lesquelles on découvre les premiers pas d’un parcours artistique remarquable et d’une grande richesse est le premier volume des archives de Joni Mitchell, et couvre la période 1963-1967, les toutes premières années de sa carrière, qui ont précédé la sortie de son premier album en 1968. 

On y découvre les premiers enregistrements de cette grande artiste, principalement dans un registre folk, à travers différentes reprises et adaptations. Mais figurent également dans ces archives les premières chansons écrites et composées par Joni Mitchell, comme par exemple le premier enregistrement de « Both Sides Now » lors d’une session pour une radio de Philadelphie en 1967, chanson qu’elle réenregistrera pour son deuxième album, « Clouds », sorti en 1969.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Joni Mitchell est une artiste populaire en Amérique du Nord, une figure incontournable de la musique folk, et de la musique tout court. Ce n’est pas vraiment le cas en France où elle est assez peu connue du grand public en comparaison de Neil Young, Leonard Cohen, Joan Baez ou Bob Dylan. 

Elle a commencé avec la musique folk, dont elle est rapidement devenue une figure majeure, avant de travailler pendant les années soixante-dix avec des grands musiciens de Jazz (Jaco Pastorius, Herbie Hancock, Wayne Shorter ou encore Charlie Mingus), genre musical qu’elle affectionne particulièrement. 

Dès la décennie suivante, elle s’attaque à d’autres styles et esthétiques pour finalement incarner une liberté artistique et une indépendance marquée vis-à-vis de l’industrie du disque, avec laquelle elle ne s’est jamais vraiment bien entendue.

Les six heures de musique contenues dans ce coffret sont constituées d’enregistrements personnels, des démos, des maquettes, mais aussi de différentes sessions radio et de concerts. 

Ce premier volume a une valeur historique et symbolique qui ne pourra que ravir les connaisseurs. Mais c’est surtout une collection de chansons à travers lesquelles Joni Mitchell découvre et développe le potentiel incroyable de sa voix, ses talents d’écriture et de composition. 

Il y a des moments forts, et très touchants. Un des disques est par exemple la retranscription d’une K7 de chansons que Joni Mitchell avait enregistrée chez elle, pour l’anniversaire de sa mère, en 1965. Y figure également le premier enregistrement connu de Joni Mitchell, une adaptation du classique « House Of The Rising Sun » lors d’une session radio en 1963 dans sa ville natale de Saskatoon au Canada, alors qu’elle n’a que dix-neuf ans. Une petite merveille.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Contact