En compagnie de la chanteuse australienne Courtney Barnett, Vagabon reprend « reason to believe », un hymne du folk américain crée dans les années soixante par Tim Hardin.

Vagabon, multi-instrumentiste, auteure-compositrice-interprète et productrice de musique camerounaise-américaine sur scène à Pitchfork le 8 septembre 2018 à New York.
Vagabon, multi-instrumentiste, auteure-compositrice-interprète et productrice de musique camerounaise-américaine sur scène à Pitchfork le 8 septembre 2018 à New York. © AFP / Taylor Hill / Getty Images Amérique du Nord pour Pitchfork

Vagabon est née au Cameroun, elle s’appelle alors Laetitia Tamko. A 13 ans, elle suit sa famille à New-York, et va très vite arrêter ses études d’ingénieur pour se consacrer uniquement à la musique.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Son nouveau nom « Vagabon », est aussi un état d’esprit. Le désir d’être farouchement indépendante, et de tout faire toute seule, on pourrait l’imaginer comme une beatnik d’aujourd’hui. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les poésies qu’elle met en musique viennent du réseau social Instagram, et notamment de la poétesse Nayyirah Waheed. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour ne pas se laisser s’enfermer dans un cliché nostalgique elle n’hésite pas à introduire les sons de sa génération, électroniques donc dans ses compositions. Il y a chez elle ce refus permanent d’être cataloguée. Il nous faudra suivre ce « Vagabon », pas à pas.

Contact
Thèmes associés