Elle sera en concert le 7 avril au New Morning à Paris, avant une tournée européenne pour défendre « Grace » (Universal jazz), le dernier-né d’une grande chanteuse de jazz, mais pas seulement...

Lizz Wright à Boston en 2017
Lizz Wright à Boston en 2017 © Getty / Paul Marotta

Les 10 titres qui composent « Grace » le nouvel album de Liz Wright,  font partie d’un projet à grande échelle, qui se doit de revisiter un grand pan de la musique noire du sud des USA (jazz, blues, gospel). 

Dans cet album enregistré dans les conditions du direct dans les studios de Sunset Blvd à Los Angeles, Liz Wright emmène dans sa voix toute la culture qui l’a construite, dans sa Géorgie natale, une région où dans les 60's, Ray Charles, un enfant du pays, refusait de revenir jouer en raison de la ségrégation qui y régnait alors. Mais les choses changent en 1979, sa chanson " Georgia On My Mind " est adoptée comme hymne officiel de l'État...

Pour l'esprit général de l'album, Liz Wright s'est inspirée d'un documentaire de 2015 intitulé « What Happened, Miss Simone? », dans lequel Nina Simone déclare :  il est de la responsabilité d'un artiste de rendre compte de son temps..

Produit par Joe Henry, cette approche sudiste où se mêlent jazz, blues, et gospel, lui permet de faire du neuf avec des chansons signées notamment : Ray Charles « What Would I Do », Allen Toussaint « Southern Nights », Nina Simone « Seems I'm Never Tired Lovin' You », Sister Rosetta Tharpe « Singing In My Soul », K.D. Lang « Wash Me Clean » ou bien encore Bob Dylan « Every Grain Of Sand »

Et c’est bien le but de « Grace ».

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.