C’est effectivement le grand retour de Jeanne Added qui pour l’occasion, a décidé d’étrenner une partie de son nouvel album sur scène dans une formule incroyablement novatrice.

Jeanne Added au Vieilles Charrues en 2016
Jeanne Added au Vieilles Charrues en 2016 © Maxppp / HUGO MARIE/EPA

L’artiste sans filet convie ainsi son public, comme lors de la dernière édition du Printemps de Bourges, dans une forme de proximité inédite. Jeanne Added accueille elle-même son public, le dispose en cercle autour d’elle. Elle lance son ordinateur et fait surgir sa voix. Une voix qui semble à la fois mouillée par les orages et brûlée par les rayons du soleil qui ont réussi à trouer les nuages. Jeanne Added c’est d’abord cela. Une grande émotion vocale qui annonce une vibration intérieure, une mutation inhabituelle, mystérieuse qui pourrait bien s’apparenter cette fois à une libération. Son nouveau morceau traduit parfaitement cela. L’intime c’est sa voix qui se pose aérienne sur un tapis électronique minimaliste, et cela donne un début de chanson envoûtant…

Le morceau prend alors de la vitesse, joli petit galop qui traque la légèreté pop. Plaisir du refrain qui s’enroule et soudain Jeanne Added démultiplie sa voix dans une forme de poème choral euphorisant.

La rigueur métronomique de la techno et le lyrisme tenu se rencontrent ainsi parfaitement. 

Le premier album de Jeanne Added, était produit par Dan Levy du groupe The Do et il sonnait différemment. Comme un manifeste abrasif. Abrasif et en même temps un peu froid. C’est dans ce choc thermique que Jeanne Added avait trouvé l’énergie (déjà) de la mutation. Celle d’une artiste venue du jazz qui décidait de creuser son propre sillon dans un esprit plus rock’n’roll. Souvenirs souvenirs…

La tonalité du nouvel album sera donc nettement plus électronique, voire technoïde. C’est en compagnie du tandem  Maestro, (un duo électro franco-écossais dont la radicalité sonore n’a d’égale que la méticulosité immersive de leur techno blanche presque industrielle), que Jeanne Added a imaginé la pulsation de son nouvel album. Mais au royaume des machines, l’intelligence artificielle chez Jeanne Added se transmute en émotion charnelle. 

Jeanne semble ainsi avoir cherché l’immédiateté du corps qui parle, comme si celui-ci précédait l’intention harmonique.

Cela peut d’ailleurs parfois la mener à plonger en apnée dans un état de transe comme lorsqu’elle adapte un texte du poète élisabéthain John Donne. On sent d’ailleurs son attraction viscérale pour la poésie métaphysique. Il y a quelque chose de l’ordre du sacré dans la démarche de Jeanne Added. Comme si la chaleur, la tendresse, la douceur et la danse avait pris racine dans le mental naturellement élégiaque de Jeanne Added. Sans pour autant oblitérer la tension qui fait le muscle de sa musique. " La musique est une thérapie " disait  Prince. A l’écoute de ce nouveau single on sent bien aussi confusément, que Jeanne Added poursuit sa mutation dans la sérénité en chantant.

L’album de Jeanne Added sortira à  la rentrée. Mais avant il y aura aussi des concerts : le 5 juillet au FNAC Live à Paris, le 14 juillet aux Francofolies de La Rochelle et le 30 octobre prochain au Trianon à Paris. 

Et vous la découvrirez en live ce soir pour la première fois dans Foule sentimentale.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.