C’est à Ostende et sur scène, qu’Arno a fêté ses 70 ans, avec en ligne de mire un nouvel album pour septembre.

Le chanteur, Arno, prépare la rentrée.
Le chanteur, Arno, prépare la rentrée. © AFP / Yves Carpentier / BELGA MAG

On a vite fait de classer les gens, mais certains d’entre eux vous glissent entre les mains comme des anguilles. C’est le cas de Arno, soixante-dix piges au compteur... Et le cœur toujours sensible au bazar ambiant, aux gens. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le mot bazar revient chez lui comme une ritournelle, comme un point d’exclamation sur sa  façon de regarder le temps qui passe. 

Le plus francophone des chanteurs flamands revient sur les terres de son enfance. Ostende, porte d’entrée du rock britannique sur le continent pendant les années 60 et 70. Ville refuge de Marvin Gaye avant qu’il n’enregistre « Sexual Healing », ville chantée aussi par Léo Ferré « Comme à Ostende »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En 1970, Arno monte là-bas son premier groupe : Tjens Couter. Il a 21 ans, la suite vous la connaissez. 

La bonne nouvelle, c’est que le sieur Arno nous concocte un disque et une tournée pour la rentrée. Sans aucun doute, un vrai bazar !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.