Il y a 30 ans, au début de l’année 1989, sortait « 3 Feet High And Rising », le premier album du groupe De La Soul. Il s’agit d’un disque culte, incontournable de l’histoire du rap américain, qui sonnait à sa sortie comme un vent de fraîcheur et de positivité.

Le groupe De La Soul, Kelvin Mercer, David Jude Jolicoeur, et Vincent Mason, le 4/04/1989.
Le groupe De La Soul, Kelvin Mercer, David Jude Jolicoeur, et Vincent Mason, le 4/04/1989. © Getty / Gie Knaeps

Ce premier album de De La Soul est donc sorti en 1989, dans un contexte particulier : le rap américain est alors en pleine effervescence, les albums fondateurs sortent les uns après les autres. Celles et ceux qui suivaient tout ça de près se souviennent forcément de cette période comme le début d’un âge d’or. 

En 1989, N.W.A sort son premier album et pose les bases du "gangsta rap", le groupe Gangstarr sort également son premier album et bluffe tout le monde en ajoutant une bonne touche de jazz à ses productions. Public Enemy sort son deuxième disque qui confirme la puissance sonore du groupe et la force de ses messages. Le premier disque des Ultramagnetic MC’s sorti à la toute fin de l’année 1988 est la démonstration que ceux-là ont déjà 10 ans d’avance sur tout le monde…

Au milieu de toute cette créativité, de la multiplication des genres et des sonorités au sein du rap, les De La Soul débarquent avec un premier album qui met tout le monde d’accord et s’impose très vite comme un disque essentiel. 

« 3 Feet High And Rising » est un condensé d’inventivité, de décalages, de couleurs. Le groupe joue sur les contrastes, l’humour, l’absurde parfois, ce qui ne les empêche pas de porter des messages forts.

D’un point de vue musical, supervisé par Prince Paul à la production, De La Soul développe quelque chose de totalement novateur. Alors que la plupart des artistes rap de l’époque samplaient principalement de la soul, du funk, parfois du rock, le groupe s’appuie sur ces bases mais va aussi chercher des samples dans toutes sortes de musiques (Johnny Cash, The Monkees, Steve Miller Band, Steely Dan, Hall & Oates, Billy Joel…). Ils ont tout simplement élaboré un rap différent, inédit, aussi bien musicalement que d’un point de vue esthétique ou graphique.

Plus on écoute ce disque, au fur et à mesure que les années passent, plus on se rend compte à quel point « 3 Feet High And Rising » était avant-gardiste et comment ce disque a amené le rap là où on l’attendait pas forcément.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.