Elle avait mis un terme à sa carrière, la voici pourtant de retour aujourd'hui avec ce 24ème album qui sort chez Parlophone. Françoise Hardy y promène sa douce mélancolie à travers douze titres aux belles mélodies, que sa voix si claire enchante.

Françoise Hardy en décembre 2016 au Parisien
Françoise Hardy en décembre 2016 au Parisien © Maxppp / OLIVIER LEJEUNE

L’un des grands talents de Françoise Hardy est de nous faire découvrir des chansons ou des groupes qui souvent ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Ici, c’est le cas du groupe finlandais Poets Of The Fall, que Françoise a découvert en musardant sur YouTube. Comme à chaque fois qu’elle tombe amoureuse d’une mélodie, Françoise Hardy est capable de l’écouter en boucle jusqu’à plus soif. C’est cette chanson " Sleep " qui a été le déclic pour entrer dans un processus de création.

Avec Françoise Hardy et les arrangements d’Erick Benzi cela devient « Dors mon ange »

Il faut le dire, depuis toujours, Françoise Hardy a aimé faire des adaptations. Des années 60 aux années 70 jusqu’à tout dernièrement où elle reprenait le « True Ways » de Buddy Holly. Et elle est une des rares artistes à avoir réussi cet exercice souvent difficile. Mais ce qui frappe dans cette adaptation c’est la clarté de la voix, intacte. Et l’écriture qui scrute à l’os comme une arme de précision dans l’émotion, ce qui pourrait être une synthèse des obsessions de l’auteur Hardy : l’amour impossible, la mort qu’il faut essayer d’appréhender sereinement, et l’extrême attention à la puissance évocatrice du plaisir immédiat que suscite une mélodie. 

C’est ce spleen et cette mélancolie constitutive que Françoise Hardy incarne aux yeux et aux oreilles de tous.

C’est aussi pour cette raison qu’elle a su toucher le cœur des amoureux de musique au-delà de nos frontières, cet album bénéficiera d'ailleurs d'une sortie internationale, et nul doute que les anglais sauront être touché par la french touch que Hardy caresse dans " You Are My Home " une chanson signée Yaël Naim.

Pour ce nouvel album, Françoise Hardy fait aussi confiance à l’une des jeunes artistes dont elle a le plus parlé ces dernières années : Maissiat. 

Maissiat c’est une sorte de carbone troublant de cette féminité extrême qui s’incarne dans une mélancolie souvent déchirante. Il y a de la gémellité entre ces deux artistes et on en est encore tout à fait persuadé à l’écoute de la valse triste qu'est " Quel dommage ".

Ce qui frappe aussi à l’écoute de cet album c’est la permanence du sentiment amoureux

Même si celui-ci est impossible ou voué à se transformer. C’est effectivement la puissance d’inspiration que sollicite l’histoire de Françoise Hardy avec Jacques Dutronc. L’album s’intitule « Personne d’autre » et fait clairement allusion à Dutronc : Tes yeux couleurs de ciel, quelque chose d’irréel et moi qui reste là à t’attendre, comment perdre autant la tête pour un signe ou deux.  Après les coups mortels, les regrets éternels et toi où que tu sois exilé… Personne d’autre que toi pour l’entendre ..

C’est encore et toujours lui, l’homme de cet amour fou que l’on devine dans la chanson « Train spécial ». C’est aussi lui que l’on imagine lorsque Françoise Hardy reprend le « Seras tu là » de Michel Berger qui était adressé à Véronique Sanson. Ce classique imparable qui illustre avec maestria et noblesse l’idée ultime de l’amour impossible mais éternel, est repris sans faute par Françoise Hardy.

Françoise Hardy renoue ainsi avec Michel Berger comme en 1973 lorsqu’elle travaillait avec lui pour l’album « Message personnel ». A l’époque, cette collaboration avait été synonyme de résurrection artistique, puisque Françoise sortait de quelques échecs commerciaux. 

Aujourd’hui, la résurrection est tout autre

C’est celle d’une femme qui après avoir fréquenté la mort de près, revient vers nous. Dans un serein clair-obscur, à l’image de la très belle pochette, où c’est une douce lumière qui inonde le visage de celle qui semble nous dire avec les mots de La Grande Sophie que : La vie n'est qu'un vain rêve qui s'efface, la mort est l'heure où tout commence...

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.