Dans la playlist de Matthieu Conquet, c’est : comment faire du neuf avec un patrimoine méconnu avec Souleance.

Le duo Souleance (composé de Soulist et Fulgeance).
Le duo Souleance (composé de Soulist et Fulgeance). © Moltisanti
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« P’tit Courage » chantait la jeune Sulette en 1978, du côté de La Réunion, vous écoutez un 45 tours qui aurait pu rester dans les rayons de collectionneurs, réservé aux initiés mais qui se retrouve, dans une nouvelle version remaniée, à vibrer encore en 2020, et bien au-delà de La Réunion. 

Dans le domaine dentaire on parle « dévitaliser », le duo dont je vous parle ce matin au contraire vient « revitaliser » des chansons, des rythmes. C’est moins douloureux que chez le dentiste, et puis cela passe ici par les racines. 

L’une d’elles c’est le sega, ce rythme des Mascareignes, de l’île Maurice et de La Réunion qui fascine un duo de jeunes DJ et producteur hexagonaux, Souleance.

Souleance c’est la rencontre entre le DJ Soulist, il est parisien et du producteur Fulgeance, qui lui vient de Caen, ce qui donne : Soulist et Fulgeance = Souleance. 

Déjà auteurs de très jolis « rework » (remaniement ou modification de morceaux) de musique brésilienne, ils s’intéressent en ce moment à des disques enregistrés à la Réunion, à partir desquels ils échantillonnent, adaptent, ajoutent, retravaillent des sons pour en faire de nouveaux titres à danser. 

Le tout en s’assurant de l’accord des auteurs des morceaux originaux, écoutez par exemple le « Disco Sega » de 1978 de Dominique Mingui & Dera Rakotomavo revisité en 2020.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En effet, on ne sait plus si on est en 1978 ou en 2020, ni dans un club de l’hexagone ou du côté de l’Océan Indien. C’est le propre des grands DJ : abolir la notion de temps et d’espace.

DJ qu’hélas on ne peut plus entendre en ce moment ailleurs que sur internet, les boites de nuit étant fermées depuis plus de 8 mois. On découvrait récemment dans une lettre qu’adressait Laurent Garnier à la ministre Roselyne Bachelot que les DJ, comme les discothèques, dépendent plutôt du Ministère de l’Intérieur que de celui de la Culture, mais je m’égare.

Revenons-en à la musique et à La Réunion. 

Vous vous souvenez de la jolie voix qu’on entendait au début, c’était celle de Sulette, elle avait 12 ans à l’époque Sulette, la nièce du musicien René Lacaille qui a écrit et produit ce morceau, sur un 45 tours en 1978.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

À partir de la face B assez dépouillée, le duo Souleance ajoute tambours, cloche et une basse bondissante et l'innocent « P’tit Courage » de Sulette en devient presque guerrier.

Tous les morceaux qu’on que vous avez entendus ce matin sont disponibles et se retrouvent réunis (avec d’autres bons morceaux encore) dans la compilation « Pura Vida  Sounds » qui sort vendredi prochain chez Heavenly Sweetness

Contact
Thèmes associés