Après nous avoir fait danser tout l’été avec le single "La fièvre", en avant-première de l’album « Aimée » et la révélation de la balade mélancolique "Barracuda II" parue fin août, Julien Doré a publié vendredi dernier le cinquième album de sa carrière commencée il y a déjà 12 ans.

Julien Doré, auteur-compositeur-interprète, musicien et acteur aux Victoires de la Musique au Zénith le 10 février 2017 à Paris.
Julien Doré, auteur-compositeur-interprète, musicien et acteur aux Victoires de la Musique au Zénith le 10 février 2017 à Paris. © Getty / Tony Barson / FilmMagic

Ainsi qu’il nous le révèle dans la petite vidéo de promotion pleine d’humour, sous la forme d’un télé-achat qu’il a postée sur Internet durant l’été, le nom de l’album « Aimée » est un hommage à sa grand-mère âgée de 99 ans qui fut dans ses jeunes années une militante cégétiste historique. Elle s’était retrouvée veuve à quarante ans, et tout en élevant ses deux filles, s’était investie dans des combats pour les droits des veuves de mineur et pour la protection des femmes battues. 

A sa façon, Julien Doré est aussi résolu à s’engager comme en témoigne cet album en faisant part, dans presque chacune de ses chansons, de ses inquiétudes sur l’état de la planète qui se dégrade et sur le changement climatique en particulier, à travers des titres comme « La fièvre », « Barracuda II », « Bla-bla-bla » (avec Caballero & Jeanjass), ou encore « Waf » dans laquelle il fait chanter Simone et Jean-Marc, ses deux bergers blancs. 

Il nous avait prévenus dès cet été, 

si je reviens c’est parce que j’ai des choses à vous dire et certainement pas pour caresser mon ego ou redorer mon blouson ».  

Si le ton de l’ensemble demeure assez humoristique et ponctué de subtils jeux de mots, le propos est alarmiste. Julien Doré milite pour l’écologie et alerte ses fans sur les dangers environnementaux et sociétaux. Il a d’ailleurs eu l’occasion de s’en expliquer très largement chez Augustin Trappenard lors de l’émission de rentrée de « Boomerang ». 

Cette prise de conscience s’est développée chez lui il y a deux ans lorsqu’il a décidé d’aller s’installer dans les Cévennes, un retour à la terre qui lui a inspiré ses textes. De ses trois albums tous écrits dans le Sud, c'est celui qui dit le plus de lui. « Ces chansons, a-t-il déclaré dans « Le Parisien », sont nées dans le home studio que l'on a construit dans une cave de ma maison. Je vis très au calme, très isolé, avec mes chiens et les amis de passage ». 

L’album de Julien Doré est disponible depuis vendredi 3 septembre en version standard et Deluxe qui comprend 32 pages personnalisables avec deux planches de stickers et un poster, ainsi qu'en vinyle. 

Un retour sur scène est également annoncé pour 2021 (tout au moins espéré !) et attendu par tous les fans de Julien Doré. 

Julien Doré : album « Aimée » (Columbia / Sony) 

En attendant, retrouvez Julien Doré sur le site de France Inter, en session acoustique enregistrée samedi 5 septembre depuis le 22ème étage de la tour de la maison de la radio où il a interprété, en exclusivité pour les auditeurs, deux titres : « La fièvre » et « Barracuda II ».

Régulièrement, un artiste viendra régulièrement tourner quelques titres en vidéo qui seront diffusés sur les réseaux sociaux et sur le site d'Inter. Après Louise Attaque pour la fête de la musique, c'est Julien Doré qui crée l'événement de la rentrée, au moment de la sortie de son nouvel album « Aimée ».

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.