Dans la playlist de Matthieu Conquet, voici un voyage du côté du Bosphore.

Le groupe Altın Gün
Le groupe Altın Gün © Rona Lane

Mais avant de parler du groupe, il faut écouter d’abord une voix, de conteuse et d’enjôleuse, qui vous happe d’entrée de jeu, et c’est celle de Merve Dasdemir, la chanteuse du groupe Altın Gün.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ils viennent d’Amsterdam mais comme vous le percevez tout de suite ils chantent en Turc et pour cause : deux des membres du groupe sont d’origine turque et ils jouent une musique directement inspirée de la période folk-psychédélique qui agitait Istanbul dans les années 60-70. Tout le programme est dans leur nom puisque Altin Gün veut dire « l’âge d’or ».

Ce qui ne veut pas dire pour autant que le groupe soit passéiste et leur prochain album, marque une évolution assez nette de leur sonorité.

Pour vous donner une idée de ce changement, petit retour en arrière avec un titre qui vous est peut-être familier, il faisait partie de la playlist inter il y a deux ans Altın Gün, et c’était avec « Leyla » :

Et vous allez entendre que le ton -et le son- changent dans leurs nouvelles compositions avec un petit côté Je t'aime moi non plus :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Voilà c’est la face B du morceau que je vais vous faire entendre (le nouveau titre d’Altin Gün). Oui face B parce qu’évidemment quand on s’appelle Altin Gün, l’âge d’or, ils sortent encore des 45 tours, ce qui ne les empêche pas d’être sur toutes les plateformes de streaming. Ces musiciens donnent plus d’une centaine de concert par an, ils jouent (enfin ils jouaient) énormément et cette grande expérience fait qu’on a jamais envie de rater leur concerts, même si on les a déjà vu plusieurs fois

Leur musique est à l’image de la ville d’Amsterdam où ils habitent : c’est un réseau fluvial complexe, elle est pleine de canaux de courants, de rives différentes, même si le niveau est toujours égal. 

Dans le nouvel album, Yol, les synthétiseurs tiennent une place prépondérante, mais ce n’est pas parce qu’on entend moins le saz (l’instrument traditionnel) que l’enracinement n’est plus là. Le morceau que je vous ai fais écouter s’appelle « Ordu- nun Dere - leri », c’est une interprétation d’une chanson folklorique turque traditionnelle. 

D'ailleurs, on trouve des dizaines de versions plus ou moins rustiques de cette même chanson sur You Tube : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce classique raconte bien sûr une histoire d’amour tragique : d’un côté le jeune beau et riche Mehmet, de l’autre la pauvre mais très belle Hacer, dont il tombe éperdument amoureux. Dans leur village d’autres femmes jalouses médisent d’eux. Lui, finit par fuir le village et, désespérée, Hacer font en larmes et pleure au bord de la rivière tous les jours en chantant : « ce n’est pas vrai ce qu’on t’a raconté »

"Yol", (label : Glitterbeat Records) le nouvel album d’Altin Gün sortira le 26 février et il y a une tournée, des concerts prévus à partir du mois mai partout en France, on croise les doigts. Cliquez ici, pour en savoir plus. 

Contact
Thèmes associés