Dans la playlist d’Inter ce matin Matthieu Conquet nous présente un nouveau venu, qui rejoindra bientôt la programmation estivale de notre antenne, la découverte s’appelle : Gabriels.

Gabriels - "In Loving Memory". Label : R&S Records
Gabriels - "In Loving Memory". Label : R&S Records © Capture d'écran/YouTube/R&S Records

Des mots tendres et un piano résonnant, le gimmick « Doo Wap » accolé aux cordes et une voix de mezzo soprano qui surgit : voilà qui plante le décors singulier de la voix de Gabriels, nouveau venu sur la carte des indépendants intrigants. 

Gabriels, au pluriel donc, n’a rien à voir avec Peter Gabriel, et il se fait aussi rare que les apparitions de l’archange du même nom. On sait très peu de chose sur lui (ou sur eux) sinon que Gabriels vient de Los Angeles, une photo de profil apparaît sur Bandcamp où l’on devine un jeune homme noir au regard triste, mais les quelques lignes qu’on a trouvé (chez R&S Records) au moment de la publication de leur premier morceau indiquent qu’il s’agirait d’un groupe, qui (je cite) 

mélange à la fois cinéma, sound design et art ». 

Pour l'heure les deux titres de Gabriels sur les plateformes d'écoutes en ligne se confondent avec ceux d’un homonyme italien qui fait du métal (Gabriele Crisafulli) à ne pas confondre donc avec ce Gabriels dont nous parlons.

Il est rare donc, mais chacune des annonces de Gabriels nous frappe : écoutez ce premier titre (paru en 2018) « Loyalty » : le charme lent opère déjà…

Ce mélange de gospel, de simplicité et d'espace, où les résonnances et les échos jouent à fond, c’est visiblement la « patte » de Gabriels. 

Ce morceau apprend-on serait passé par les mains de Heba Kadry, une ingénieure du son particulièrement recherchée pour ses master sensibles au service de Ryuichi Sakamoto, Beach House ou encore Björk.

Chaque instrument, que ce soit le piano, le petit ensemble de cordes ou bien les voix, est ici mis en valeur et l’architecture subtile de l’ensemble demeure au service d’un texte qui ne manque pas non plus de finesse. Dans ce premier titre il était question de loyauté, de fidélité à ses sentiments, à commencer par l’amour « Nous faisons tous des choses que nous ne devrions pas faire, Mais je ne vais pas cesser de t’aimer ». 

Et cette gravité est encore à l’œuvre dans ce nouveau morceau In Loving Memory

Vous le devinez par ce titre en formule funéraire, il s’agit d’amour perdu, irremplaçable : 

Ton parfum de magnolia flotte encore ici, Ils disent que je devrais te souhaiter d’être bien là où tu es, mais la vérité c’est que je m’en fous (…) Je ne peux pas ressentir d’amour qui ne soit vrai »

Ce qui est tangible en tout cas, c’est la grâce de Gabriels : In Loving Memory 

Gabriels - "In Loving Memory". Label : R&S Records 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.