Jusqu’au 21 décembre, les programmateurs de France Inter : Muriel Perez, Jean-Baptiste Audibert, Djubaka et Thierry Dupin, ainsi que Didier Varrod le vendredi, vous présentent les albums et les artistes qui ont obtenu tous les suffrages de l’équipe en 2018.

Eddy de Pretto
Eddy de Pretto © Getty / Stephane Cardinale - Corbis/Corbis

Eddy de Pretto fait partie des grands gagnants de l’année. Ce cristolien de 24 ans, déjà remarqué aux Transmusicales de Rennes en décembre 2016 avant de remporter le Prix du Printemps de Bourges, crée la surprise en octobre 2017 avec un simple EP/4 titres : « Fête de trop », « Jungle de la chope », « Beaulieue » et surtout le titre qui le révélera au grand public : « Kid »

Ce titre connaîtra les faveurs des radios généralistes et des réseaux FM plutôt destinées aux jeunes et séduira aussi bien les 12-25 ans que les seniors. Ce qui peut surprendre quand on s’intéresse au jeune homme, car tout chez lui bouscule les codes habituellement en vogue dans la chanson française : il raconte sa vie intime et ses tourments amoureux sans filtre : ses textes relatent ses errances et ses erreurs et abordent les stéréotypes autour de l’identité sexuelle. De Pretto dénonce ce qu’il appelle « la virilité abusive » et surtout l’homophobie, laissant deviner en creux son orientation. Enfin, il surprend en se produisant sur scène, flanqué de son téléphone portable sur lequel il lance ses chansons et d’un batteur. 

A peine cinq mois seulement après la sortie de son EP, Eddy de Pretto est nommé aux Victoires de la musique en février dans la catégorie Révélation scène de l’année. Lors de la cérémonie, il gagne encore en notoriété en interprétant « Fête de trop »… 

Eddy de Pretto défriche des territoires inconnus où les thèmes et les sonorités qu’il emprunte au rap, disputent l’espace aux grands noms de la chanson française. 

Il cite volontiers, parmi ses influences, Brassens, Brel, Barbara, Nougaro et surtout Aznavour, transmis par ses parents. Enfant des années 2000, il s’enthousiasme pour la musique urbaine de sa génération tels Frank Ocean, Kanye West, Diam’s, Booba, Rohff ou encore Sinik

Son flow à la diction parfaite et son verbe âpre et sexuel convoquent la nuit, la fête et la drogue, sans aucun artifice. 

Son premier album Cure sorti en mars dernier s’est placé N°1 des meilleures ventes d’albums à peine une semaine après. Il est réédité début novembre sous le titre Culte, augmenté de quatre titres inédits. 

Eddy de Pretto : album Cure / Culte (chez Initial) 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.