Bastien Lallemant est un auteur-compositeur-interprète d’un genre plutôt discret. Si ce garçon, originaire de Dijon, mène une carrière tout en sobriété, son parcours n’en est pas moins riche d’expériences et de rencontres fructueuses.

Bastien Lallemant
Bastien Lallemant © Radio France / Alexis Goyer

Sur France Inter, nous avions repéré les talents d’écriture et d’interprétation de Bastien Lallemant dès son premier album en 2003 avec « Les premiers instants ». A ce moment-là, il sortait d’une aventure musicale au sein d’un groupe, Les Joueurs de Biques

Il se lance alors dans une carrière solo sous le signe de l’élégance et du perfectionnisme. Ses premiers essais en guitare-voix donnaient à penser qu’on avait à faire avec un disciple de Georges Brassens, une référence qui reste son influence majeure depuis toujours. Ses autres maîtres à chanter sont Claude Nougaro, Serge Gainsbourg et Dominique A, ainsi qu’Albin de La Simone, Bertrand Belin et JP Nataf qui sont devenus, non seulement des amis, mais également des compagnons de jeu. 

C’est précisément Albin de La Simone qui produira son deuxième album, « Les érotiques », en 2005, un recueil de 11 histoires courtes inspirées du film d’Éric Rohmer, « Contes moraux »… 

La voix de Bastien Lallemant rappelle étrangement celle d’un de ses inspirateurs, le jeune Gainsbourg (époque ‘percussions’), jusqu’à un autre détail physique assez troublant, ses oreilles en feuilles de chou... 

Pour autant, Lallemant garde une personnalité bien à lui, notamment à travers une écriture raffinée, inspirée par ses lectures : 

Je lis essentiellement de la littérature classique, c’est un des territoires les plus passionnants que je connaisse. J’ai toujours besoin de cet arrière-monde pour m’isoler du vrai monde, pour me ressourcer.

D’ailleurs, « Le verger », son troisième album paru en 2010, sera inspiré à son tour par le roman noir. 

Son goût pour les livres est à l’origine d’un concept réjouissant que Bastien Lallemant va développer pendant quelques années sous la forme de spectacles appelés « Siestes acoustiques »

Ces siestes consistent à bâtir un concert d’une heure en compagnie d’artistes différents, où se mêlent des lectures et des chansons issues du répertoire de chacun des invités qui l’accompagnent dans cette aventure. 

Ainsi, se sont succédé au fil des spectacles, des artistes comme Françoiz Breut, Albin de La Simone, Maissiat, Camélia Jordana, le dessinateur Charles Berbérian, l’auteur Arnaud Cathrine ou encore l’acteur Bruno Podalydès. « C’est un laboratoire d’idées » selon son initiateur.   

Le public est invité à s’allonger confortablement sur des matelas disposés dans la salle et à se laisser bercer dans une douce pénombre. C’est une expérience d’écoute inédite pour laquelle il est même permis de s’endormir !  

Bastien Lallemant a publié son cinquième album, le 24 mai sous le titre « Danser les filles », qui doit autant à Jean Giono qu’à Henry David Thoreau, un philosophe américain du 19ème siècle. 

On y retrouve, parmi les musiciens invités, JP Nataf, l’ami fidèle, ainsi que Sébastien Martel, Fabrice Moreau et Babx

« Danser les filles »  le nouvel album de Bastien Lallemant (Zamora Productions) 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.