C’est bien une admiration sans borne à Davy Crockett qui a fait que ce chanteur du Texas a pris le nom d’un des rares héros folklorique de l’ouest américain dont on retient encore aujourd’hui le nom...

Charley Crockett dans une capture écran de son clip Trinity River
Charley Crockett dans une capture écran de son clip Trinity River © Charley Crockett

Mais contrairement à la légende et à la vision hollywoodienne, Davy Crockett a passé plus de temps à défendre la cause amérindienne que nombre de ses compatriotes. Notre chanteur Charley Crockett a bourlingué du nord au sud des USA, avant de s’embarquer pour l’Europe, où il vivait dans la rue en faisant la manche. 

C’est ainsi qu’il a construit son répertoire. Une vie solitaire et liée au voyage. Début 2015 le revoici chez lui au Texas, un disque prêt à être enregistré : « A Stolen Jewel »

Ce premier opus par sa musique et ses textes va marquer les esprits : il synthétise un moment parfois oublié de la culture américaine, où la musique se répandait de bled en bled par les "hobos", des vagabonds volontaires, dont le seul travail consistait à pousser de la voix. 

Un rythme que Charley Crockett n’a pas perdu, puisqu’il donne 125 concerts par an ! Son dernier album « Lomesone As A Shadow » devrait par son ouverture musicale, le faire sortir de l’americana pure et dure.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.