Criolo est une star dans son propre pays mais reste encore méconnu en France. Pourtant, il sévit depuis de longues années déjà sur toutes les scènes brésiliennes.

Criolo en concert en novembre 2017 à Sao Paulo au Brésil
Criolo en concert en novembre 2017 à Sao Paulo au Brésil © Getty / Mauricio Santana

Sans doute Criolo (de son vrai nom Kleber Cavalcante Gomes), va-t-il avoir plus de chance de se faire connaître au-delà de ses contrées car, après avoir consacré 20 ans de sa vie au rap, il a décidé cette année de publier un album 100% samba, LA musique qui fait partie de l’identité nationale brésilienne. 

Cet album de 12 titres intitulé « Espiral De Ilusao » a été presque entièrement écrit et composé par ses soins. On y trouve de sublimes mélodies dignes des meilleures compositions du genre, à l’instar de « Boca fofa »

La nouvelle conversion de Criolo a été saluée par Caetano Veloso, une des figures légendaires du pays, qui a dit de lui : 

Criolo est sans doute la plus importante figure de la musique actuelle au Brésil 

On ne peut pas rêver meilleur hommage, venu de celui que l’on présente souvent comme l’égal de Bob Dylan en terme de popularité dans le monde. 

Criolo, est issu d’une famille modeste originaire de l’État du Cearà, dans la région du Nordeste

Et comme beaucoup de sa condition, sa famille se retrouve contrainte, en arrivant dans cette ville tentaculaire de 9 millions d’habitants, de vivre dans une favela où le jeune Kléber passera les cinq premières années de sa vie. Il s’y forgera une forte identité et surtout y trouvera le terreau de son engagement social et culturel. 

Criolo s’est d’abord fait connaître du grand public grâce à internet, à l’époque des blogs Myspace sur lequel il avait déposé des chansons originales. Comme tout artiste hip-hop qui se respecte, il a effectué des freestyles, puis s’est également fait connaître par ses graffiti et ses photographies. En 2008, il est élu dans les catégories ‘Musique de l’année’ et ‘Personnalité de l’année’ lors d’un des plus importantes émissions de télévision du Brésil. 

En 2018, avec « Espira De Ilusao », Criolo franchit un étape importante qui n’a pas été si évidente pour lui car la samba au Brésil est une musique quasi sacrée, lorsqu’on sait qu’une journée nationale de la samba est célébrée chaque année le 2 décembre. Au Brésil, on ne reproche à personne de faire de la samba mais à condition de ne pas se louper, autrement ça peut ruiner votre carrière et votre réputation, ce serait comme profaner une sépulture ! 

En ce qui concerne Criolo, avec l’hommage que lui a rendu Caetano Veloso, le pari est plus que réussi… 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.