Après s’être posé cette question existentielle et artistique : « pourquoi faire un album de plus ? » Dominique A est donc de retour, avec non pas avec un, mais deux albums.

"Toute latitude" de Dominique A
"Toute latitude" de Dominique A © Wagram

Découvrez en exclusivité le clip de "Toute latitude"

France Inter vous fait découvrir aujourd'hui en exclusivité le premier clip qui accompagne ce nouvel album de Dominique A « Toute latitude » sous forme d'un film d’animation signé Sébastien Laudenbach. De magnifiques images oniriques pour porter une chanson sur l’insouciance de la jeunesse, où il est question d’une adolescence libre,  sans aucun engagement d’aucune sorte avec pour seule devise " peu importe... " comme le chante Dominique A.  L’heureuse espérance d’avoir toute latitude avec soudain, ce moment de bascule où les points de suspension sont mis en musique par un simple "et puis…" qui veut tant dire. C’est une sorte de transcription onirique de la dispute de Marivaux, où la forêt est le théâtre de la découverte. C’est tout simplement une magnifique chanson.

Deux, parce que nécessité de s’exprimer sous 2 configurations, 2 climats, 2 points de vue, et surtout 2 rythmiques. 

Le premier volet est donc conduit par la rencontre peut-être pas si accidentelle que cela, d’une boite à rythme analogique qui a fonctionné semble-t-il comme une force motrice dans la conception des nouveaux morceaux. La bonne nouvelle, c’est que Dominique A, après plus de 20 ans de carrière, n’hésite pas à brûler ses vaisseaux. Pour ne pas se laisser enfermer dans le confort de l’accomplissement artistique au long cours. De cet aboutissement qu’il a trouvé dans la publication de ses deux derniers albums qui fonctionnent comme en dytique. Avec en point d’orgue ce Eléor où l'on peut replonger avec plaisir.

Dominique A a fait un travail sur lui-même perceptible à l’écoute de ce prochain album. Un disque tout simplement impressionnant. Se décentrer, se replacer, reconnaitre que l’homme n’est pas au centre de la planète. Faire preuve d’humilité afin de mieux se reconstruire. Car dans ce « Toute latitude » grandiose, il y a comme la preuve que l’on peut recommencer à tout âge, surtout après une reconnaissance enfin arrachée, celle du grand public.
Dominique A nous démontre que lorsque l'on est musicien, en proie au questionnement permanent sur le sens de la création, il faut reconnaître qu’il est difficile d’être tout à fait léger. Il semble pourtant qu’avec les années Dominique A se soit tout simplement ouvert. Le fait d’avoir fréquenté les lueurs, d’avoir imploré la lumière, d’avoir su assumer la chanson d’amour, d’avoir lancé un travail d’engagement citoyen sur le terrain de la précarité afin d’offrir la culture parce que c’est une nécessité, enfin d’avoir poursuivi son travail de rencontres avec d’autres comme il le fit avec le groupe Valparaiso.

Le nouvel album " Toute Latitude " regorge de petits bijoux  : « La mort d’un oiseau », « Aujourd’hui n’existe plus », « Lorsque nous vivions ensemble » et un sommet « Corps de ferme à l’abandon » où les textures électroniques disputent à l’électricité une place de choix. Avec un auteur Dominique A plus direct, moins métaphorique et par moment presque réaliste, 2018 sera une année qui comptera double pour Dominique A et c’est tant mieux.

Programmation musicale
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.