Retour aux sources, retour sur elle-même en tant qu’artiste, retour sur le devant de la scène : « The Return » est un album charnière dans le parcours sans faute de Sampa The Great.

Sampa the Great, rappeuse et compositrice en concert le 26 janvier 2017 à Brisbane (Australie).
Sampa the Great, rappeuse et compositrice en concert le 26 janvier 2017 à Brisbane (Australie). © Getty / Marc Grimwade / WireImage

Sampa Tembo est née en Zambie, a grandi au Bostwana. Elle est partie étudier la musique en Californie, avant de s’installer en Australie à Sydney où elle a étudié le son, puis à Melbourne où elle est toujours basée aujourd’hui.

Sampa the Great sort en 2015 « The Great Mixtape » un premier album à travers lequel on découvre la personnalité flamboyante de cette poétesse, rappeuse et activiste du son. Des textes incisifs, percutants et engagés, un flow d’une précision implacable, une musique entre rap, soul, jazz et rythmes sud-africains : Sampa The Great a déjà tout d’une grande artiste.

En 2017, elle enfonce le clou avec l’album/mixtape « Birds And The Bee9 ». Un album avec lequel Sampa continue d’explorer le patrimoine spirituel et musical de ses racines africaines, dans un cocktail d’une vitalité et d’une modernité incroyable.

Ces deux dernières années, Sampa The Great a également donné de nombreux concerts, un peu partout à travers le monde : en Australie, en Angleterre, aux Etats Unis, elle a mis le feu partout où elle est passée. Elle a également assuré les premières parties de Thundercat, Ibeyi, de Lauryn Hill (qu’elle vénère !), ou de Kendrick Lamar qui fut l’un des ses premiers supporters. 

OMG est l’un des tous nouveaux titres de Sampa The Great qui figurera sur l’album The Return qui sort donc demain sur le label anglais Ninja Tunes.

Cet album, qu’elle aura mis 4 ans à réaliser, Sampa the Great le définit comme étant le film de sa vie, à travers lequel elle conte la maturation de ses héritages ethniques, et cette volonté de questionner sa culture africaine, d’essayer aussi de comprendre ce que signifie en 2019 la notion d’« être chez soi » de se sentir « à la maison ».

Dans cet album elle s’interroge aussi sur l’intégrité artistique (« Freedom »), ou sur la réalisation personnelle dans « Final Form ». Un titre dans lequel elle emet l’idée de ne plus avoir honte d’admettre qu’elle a du potentiel, ni de découvrir qui elle est et comment elle l’est devenue, et qu’elle est prête à  donner ce qu’il faut d’efforts, pour atteindre cette forme finale d’elle-même et de son art.

► « The Return » le nouvel album de Sampa The Great sort le 13 septembre chez Ninja Tunes et Sampa The Great sera en concert au point Ephémère à Paris le 21 novembre.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.