C’est sous l’impulsion de la famille du rappeur américain, que sortait le 17 janvier dernier « Circles », le 6ème album de Mac Miller. Un album qu’il était en train d’enregistrer, lorsqu’il a succombé à un mélange fatal d’alcool et de médicaments, en septembre 2018.

Le rappeur américain et producteur Mac Miller scène à Exposition Park le 28 octobre 2017 à Los Angeles, Californie.
Le rappeur américain et producteur Mac Miller scène à Exposition Park le 28 octobre 2017 à Los Angeles, Californie. © AFP / KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Mac Miller avait 26 ans lorsqu’il est décédé brutalement à Los Angeles, à la stupeur et à la consternation générales. Le jeune homme préparait la suite de l’album « Swimming » qui venait de sortir et qui était déjà en passe de devenir un énorme succès.

« Swimming » est sorti en aout 2018, quelques semaines à peine avant la disparition de Mac Miller. Avec cet album, Mac Miller était en pleine mutation artistique. Le rappeur se transformait peu à peu en chanteur délicat et mélancolique et révélait le musicien sensible et inspiré qu’il était.

De son vrai nom Malcom James Mc Cormick, Mac Miller est né et a grandi à Pittsburgh, et c’est tout jeune, dès 14 ans, qu’il commence à rapper. Il va publier plusieurs mixtapes jusqu’à « Best Day Ever » qui sort en 2011, une mixtape sur laquelle figure le titre « Donald Trump » qui sera un énorme carton sur Youtube !

Avec ce morceau, Mac Miller, tout jeune rappeur, glorifiait  l’argent roi et la star de télé/réalité qu’était Donald Trump. Le magnat de l’immobilier était alors considéré comme un modèle de réussite à l’américaine. 

Mais une fois ce dernier devenu officiellement candidat à la présidence des Etats Unis, Mac Miller s’est ouvertement déclaré anti-Trump, soutenant la campagne d'Hillary Clinton...

De 2011 à 2016, Mac Miller va publier 4 albums (Blue Side Park, Watching Movies With The Sound Off, GO:OD AM, The Divine Feminine) qui seront tous d’énormes succès, faisant de lui l’un des rappeurs les plus en vue de sa génération. Il va également multiplier les collaborations avec des artistes plus talentueux les uns que les autres (Ty Dolla Sign, Miguel, Ariana Grande, Lil Wayne, Action Bronson, Miguel ou encore Anderson. Paak...)

Avec cet album « The Divine Feminine » (2016) qui rend hommage aux femmes, Mac Miller commençait déjà à ralentir le tempo, devenant plus musical et plus groovy. Une tendance qu’il va encore accentuer avec l’album suivant « Swimming » qui sort en 2018. L’album plébiscité par le public et encensé par la critique, devait être le grand frère de ce « Circles » qui vient de sortir. Un diptyque sur lequel Mac Miller était en train de travailler lorsqu’il est décédé.  « Circles »  n’aurait pas pu voir le jour sans le travail et l'implication de Jon Brion, qui a produit les deux albums et a terminé l’enregistrement de cet album posthume. 

En 12 titres, « Circles » révèle toute la douceur, la profonde mélancolie et la délicatesse d’un artiste qui luttait contre ses démons. Un album d’une beauté poignante… Peut-être même son meilleur ? 

« Circles » le dernier album de Mac Miller (Warner) est disponible partout.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.