Une BD sobrement intitulé « Redbone » de Staebler, Paolini et Balahy, sortie récemment aux Editions Steinkis nous donne l'occasion de redécouvrir l’histoire et la musique du premier groupe de rock de la nation amérindienne.

Le groupe de musique, Redbone en 1970.
Le groupe de musique, Redbone en 1970. © Getty / Michael Ochs Archives

Dans les années 1960, les musiciens amérindiens ne revendiquaient pas forcément leur origine... Au début de cette histoire, il y a deux frères : Lolly et Pat, qui vont se faire un nom dans les clubs de Los Angeles en transformant leur nom d’origine Vasquez en Vegas, et en disant à qui veut l’entendre qu’ils sont mexicains.  Ils jouent derrière des stars, et programment aussi des groupes (les Doors leur doivent une de leurs premières dates).

En pleine montée pour la reconnaissance des droits civiques, le besoin de s’affirmer comme amérindien devient de plus en plus fort. Et un soir, c’est un métis cherokee par encore au faîte de sa gloire qui leur propose de monter ce premier groupe amérindien : Redbone.  Ce métis, c’est Jimi Hendrix ! Sa carrière l’appellera ailleurs, mais il sera un de leur plus fidèle soutien.

L’histoire de Redbone se confond avec la lutte des amérindiens pour la reconnaissance de leur droits, avec en 1968 la naissance de l’AIM (American Indian Mouvement). Redbone va être la caisse de résonance musicale de ce mouvement.

Pour mieux comprendre ce moment de la musique populaire et engagée, il faut écouter un disque des Redbone en lisant la BD qui leur est consacrée. Ce sujet est tellement rare, qu’il mérite toute notre curiosité.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.