J.S. Ondara est un jeune artiste Kenyan, auteur, compositeur, chanteur, installé depuis cinq ans aux Etats-Unis, qui s’apprête à sortir “Tales Of America”, un premier album , entre folk et blues, pour le début de l’année 2019.

J.S. Ondara, sur la scène du Revolution Hall à Portland (Oregon, Etats-Unis), le 09 mars 2018.
J.S. Ondara, sur la scène du Revolution Hall à Portland (Oregon, Etats-Unis), le 09 mars 2018. © Getty / Anthony Pidgeon/Redferns

J.S. Ondara est né et a grandi à Nairobi au Kenya, dans une famille modeste. Dans la maison de cette famille, il y a une radio, toujours allumée, qui diffuse sans cesse de la musique. Le jeune J.S. Ondara est littéralement envoûté par la musique, les voix, le son des guitares, les mélodies. Dès son plus jeune âge, il pose des mots sur les mélodies qu’il entend dans le poste, et à huit ans, il passe son temps à chanter et commence à écrire des chansons. Il rêve alors d’apprendre à jouer de la guitare, mais n’a pas les moyens de s’en offrir une, alors il utilise sa voix, et ses mots.

Adolescent, il plonge dans le rock anglo-saxon et écoute en boucle les chansons de Nirvana, Oasis et Radiohead. Ses parents voudraient qu’il devienne avocat ou médecin, mais arrivé à l’université, ce n’est ni pour le droit ni pour la biologie qu’il se découvre une passion mais pour Bob Dylan, et en particulier son album Freewheelin, qui le bouleverse. A l’écoute de ce disque, il lui semble évident que ce qu’il veut faire, c’est devenir un chanteur-auteur-compositeur de musique folk, dans la lignée de Neil Young, Damien Rice ou Ray LaMontagne.

Le premier titre qu’il a sorti officiellement, « Revolution Blues », au tout début de l’année 2018, est tout à fait à l’image de son amour pour cette musique folk .

En 2013, il quitte le Kenya pour s’installer aux Etats-Unis, à Minneapolis, chez une de ses tantes. Dans sa maison, il tombe sur une vieille guitare Yamaha, sur laquelle il apprend à jouer, seul. Et dès qu’il est capable de plaquer quelques accords, de quoi accompagner ses mélodies et ses textes, il commence à écumer les scènes ouvertes et autres cercles de chanteurs amateurs. Il poste également quelques vidéos de reprises sur internet, et auto-produit un EP de quelques titres avec les moyens du bord. 

Encore une fois, la radio intervient sur destin, quand une radio locale, publique, découvre ses chansons et décide d’entrer l’une d’elles dans sa playlist. Dans la foulée, il signe avec le label Verve et commence à travailler sur son premier album. Intitulé Tales Of America, ce disque de folk, puissant, brut et élégant sortira au début du mois de février 2019. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.