Le plus grand fleuve du monde est aussi celui sur lequel des musiques naissent et disparaissent. Un double CD "L’Amazone" sorti chez Accords croisés/ Pias lui rend hommage et fait un état des lieux musicaux.

Dona Onete, chanteuse, compositrice et poétesse brésilienne en concert le 3 octobre 2019 à l'Olimpico Park in Barra da Tijuca .
Dona Onete, chanteuse, compositrice et poétesse brésilienne en concert le 3 octobre 2019 à l'Olimpico Park in Barra da Tijuca . © AFP / Thiago Ribeiro / AGIF

L’Amazone est le plus puissant des fleuves de la planète, que la musique qui le borde soit du Brésil, du Pérou, de la Colombie, du Venezuela ou encore de la Bolivie, cette mélodie "amazonienne", demeure une particularité dans chaque région que le  fleuve traverse. 

Elle est multiple, elle est aussi le reflet de notre monde, des tribus isolés et de la globalisation, Djueana Tikuna chante "Aujourd’hui la forêt est triste. Aujourd’hui les rivières sèchent. Les oiseaux ne chantent plus ils ne savent que pleurer. Le ciel saigne. Les papillons s’envolent ".

Et de l’autre côté du fleuve à des milliers de kilomètres une autre musique résonne, occidentale.  Les 25 titres de ce coffret sont un aller-retour permanent entre plusieurs mondes, qui semblent parfois s’affronter. De la géopolitique en musique.

Cette double compilation permet une remontée en musique du fleuve, de la guitarrada brésilienne aux complaintes des
hauts-plateaux du Pérou, en passant par la chanson colombienne et des enregistrements de tribus amérindiennes.

Double CD "L’Amazone" sorti chez Accords croisés/ Pias

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.