Le jeune batteur de jazz de Chicago Makaya McCraven propose une "réimagination" de l'ultime album du poète américain Gil Scott Heron avec "We're New Again". Sublime.

Le musicien, poète et romancier Gil Scott-Heron, sur scène pendant le Festival Womad à Charlton Park le 25 juillet 2010 dans le Wiltshire, en Angleterre.
Le musicien, poète et romancier Gil Scott-Heron, sur scène pendant le Festival Womad à Charlton Park le 25 juillet 2010 dans le Wiltshire, en Angleterre. © Getty / C Brandon / Redferns

C'est une voix d'outre-tombe qui résonne ici. Mort en 2011, Gil Scott-Heron, romancier, poète, ancien compagnon de lutte de Stevie Wonder, ce chanteur politique serait le père fondateur du rap aux yeux de certains. Le grand public le connaît surtout pour le titre « The Revolution Will Not Be Televised » « La révolution ne passera pas à la télévision, elle sera en direct » : prophétique si l’on pense que sa chanson date de 1970, bien avant l’arrivée d’internet dans nos vies. 

Ce serait trop long de vous raconter ici la vie de Gil Scott-Heron, ses luttes pour la communauté noire, contre la drogue, qui a fini par le détruire. Je vous raconte la fin : on le pensait perdu pour la musique en 2010 alors qu’il purgeait une longue peine de prison. Le patron d’un label anglais (Richard Russell de XL Recording), un fan, avait réussi à le convaincre d’écrire et d’enregistrer à nouveau. Ce disque testamentaire était aussi inespéré que révolutionnaire dans l'œuvre de Gil Scott-Heron, comme un dernier chant surfant sur les pixels électriques : 

Et voilà que 10 ans après la sortie de cet étonnant album « I’m New Here » qui avait offert à Gil Scott-Heron l’occasion d’une dernière tournée avant sa mort, le même label propose à un jeune batteur de Jazz, Makaya McCraven, de reprendre ces dernières bandes et d’imaginer la musique qu’il ferait lui, en 2020 avec Gil Scott-Heron. Et ça donne « We’re New Again ». 

Si certaines pistes d’origine étaient parfois très dépouillées, avec un simple guitare-voix, Makaya McCraven ajoute ici sa batterie, basse, claviers, vibraphone et une harpe céleste : 

Je ne suis pas devenu quelqu'un d'autre, que je n'aurai pas voulu. Mais je suis nouveau ici, fais-moi voir » 

Gil Scott-Heron et Makaya McCraven, tous deux en terrain nouveau, ne se sont jamais rencontrés, même si le père de Makaya, Stephen McCraven (batteur de jazz qui a côtoyé notamment les Last Poets) aurait pu jouer avec Gil Scott-Heron. Une génération répond à la suivante, par un disque retro-futuriste, chef d’œuvre de Hip-Hop et de jazz : 

Le combat pour l'âme et l'esprit, les Lumières dont parle Gil Scott-Heron surgissent dans les combats quotidien, comme dans le bus. Mais si la pensée ne se détache pas d'un contexte, elle traverse ici le temps via ce jeune musicien de Chicago Makaya McCraven, « Mais où donc est passée la nuit ? ».

"We’re New Again" par Gil Scott-Heron & Makaya McCraven vient de sortir (XL Recordings) 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.