Les fans du kid de Minneapolis qui nous a quittés le 21 avril 2016, ont été ravis d’apprendre que les ayants-droits du chanteur allaient publier de façon régulière des vidéos filmées entre 1995 et 2000, sur le compte d’une chaîne officielle qui s’est créée pour l’occasion en 2017.

Prince, compositeur-interprète, multi-instrumentiste, réalisateur artistique et producteur américain de pop, de funk, de rock et de RnB, le 16 mars 2013 à Austin, Texas.
Prince, compositeur-interprète, multi-instrumentiste, réalisateur artistique et producteur américain de pop, de funk, de rock et de RnB, le 16 mars 2013 à Austin, Texas. © Getty / John Sciulli

Jadis, Prince, alors fâché avec son label, sortait ses enregistrements à son rythme, par le biais de sa propre plateforme en ligne : NPG Music Club. A ce moment-là, il était libéré des demandes et des attentes des producteurs, et il a pu écrire, enregistrer et diffuser sa propre musique à sa guise. Mais il avait conservé par devers lui un grand nombre de films restés jusque-là inédits. 

Ainsi, en novembre 2017, trois clips extrêmement rares ont été mis en ligne, dont ceux de « Dolphin » et « Rock and roll is alive ! », sortis respectivement en 1995 et en 1996. 

Ce déploiement de vidéos n’est pas du goût de tout le monde. Prince qui contrôlait drastiquement son image, combattait ce mode de diffusion de son vivant… C’était sans doute un des artistes les plus procéduriers, voulant garder la maîtrise totale sur son travail, en protégeant ses œuvres et en faisant effacer systématiquement toute musique ou vidéo non autorisée. Il avait même embauché une équipe chargée de détecter et d'éliminer toutes les vidéos de lui, même les courts extraits filmés et mis en ligne par des fans !  

Cette vidéo, une reprise du standard de Tommy James & The Shondells qui figure sur l’album « Lotus Flower », est une rareté qui côtoie d’autres pépites comme « Chocolate Box » (en duo avec Q-Tip) ou encore « Te Amo Corazon »

Paradoxalement, Prince était arrivé très tôt sur Internet où il avait multiplié des sites interactifs, mais il en était devenu assez vite un critique très acerbe, accusant l’accès gratuit à la musique en ligne de siphonner les revenus des artistes. Interrogé peu avant sa mort sur cette position catégorique, il avait twitté ce message : « Puisque YouTube ne reverse pas équitablement de droits, est-ce qu'il ne s'agit pas là d'une question absurde ? »

On peut cependant s’interroger sur les raisons qui motivent ses héritiers à vouloir sortir ces 27 vidéos d’archives en totale contradiction avec les volontés du chanteur défunt... 

La famille justifie ce choix par la nécessité de (officiellement !) « protéger et entretenir son vaste patrimoine ». Après l'annonce de la mort de Prince en avril 2016, on apprenait que l'artiste, très prolifique, cachait dans le sous-sol de sa propriété de Paisley Park, de très nombreuses chansons inédites. Il y aurait parait-il de quoi sortir un album par an pendant quinze ans. « Je ne l'ai jamais dit, avait déclaré Prince en 2014, mais je n'ai pas toujours donné aux maisons de disques la meilleure chanson. Il y a des chansons dans la chambre forte que personne n'a jamais entendues". 

Pour être tout à fait juste, aucune de ces vidéos n’est complètement inédite pour les collectionneurs de Prince, mais elles sont assez rares pour que leur diffusion officielle soit un événement. Le titre « Endorphinmachine » par exemple, n’était accessible qu’aux courageux qui avaient fini le jeu-vidéo « Prince Interactive »

Prince : 27 vidéos inédites sur la plateforme vidéo officielle de l’artiste : https://www.youtube.com/user/prince

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.