Dans la Playlist de France Inter une avant-première, le nouvel album de Blundetto (prononcer Bloun-déto) qui sort jeudi : invitation à l'évasion...

Blundetto (Max Guiguet) avec "Good Good Things". Label : Heavenly Sweetness
Blundetto (Max Guiguet) avec "Good Good Things". Label : Heavenly Sweetness © Anthoine Fyot

Imaginez des fauteuils confortables, un canapé profond et un papier floral, une atmosphère à la fois tropicale et ouatée.  Vous voilà au cœur du nouvel album de Blundetto qui sort dans quelques jours.  

Blundetto c'est Max Guiguet, autrefois programmateur à radio Nova mais aussi producteur féru de reggae, de musiques soul, de rap cubain, de voix envoûtantes. Avec Blundetto, il livre ici son sixième album.  

Dix ans ont passés depuis le premier "Bad Bad Things" (qui, comme les suivants a beaucoup été joué ici sur France Inter) voici le temps de Good Good Things le temps est au détachement.  

L’album est plein de cordes et de percussions latines, de cuivres sur une basse soyeuse et des claviers malicieux, en partie instrumental et parfois chanté. On y parle espagnol, anglais, brésilien et français, il est question de perdre la tête, de partie de canasta, de ressentir le froid pour se sentir encore en vie, de séparation et d'intimité. 

Parmi la liste des musiciens invités, on retrouve certains partenaires de jeu des débuts : les claviers de General Electric, la guitare et la basse de Chico Mann mais aussi, par deux fois, la chanteuse Hindi Zahra, de haut vol : Fly High.

« Les mains vers le ciel » on pourrait presque s’envoler avec la voix d’Hindi Zahra, alors vous me direz il y a aussi comme un parfum d’herbe dans ce rythme lent : pas faux. 

Si les vertus apaisantes de la musique de Blundetto sont une appréciation toute personnelle, ces nouvelles chansons doivent objectivement beaucoup à des consommateurs de cannabis.  

Figurez-vous que c’est un club de fumeur de Barcelone (où la vente légale est encadrée) le club « La Crème » du quartier de Gràcia dans la capitale catalane, qui a contacté Max Guiguet afin qu’il produise un nouvel album de Blundetto, et leur offre une nouvelle bande-son. 

Visiblement les disques précédents de Blundetto passaient régulièrement dans le club, les habitués et les propriétaires voulaient changer un peu d’air mais entendre la suite de ses productions. 

L’association du Club, qui ne peut pas faire de bénéfices, mais du mécénat, a pris en charge les sessions de studio et les cachets de musiciens.

Sans influence ni fumée, je vous propose d’écouter ce titre qui vient d'entrer dans la playlist d'été de France Inter, c'est une reprise, et laquelle : Leonardo Marques prête sa voix à un morceau de Jorge Ben de 1974, un classique brésilien, « Menina Mulher da Pele Preta » une chanson chargée de désir et de couleurs : 

adressée « à mademoiselle à la peau noire, aux yeux bleus et au sourire blanc ». Oui mais, la médaille a son revers, car tout cela est plein "malice", il faut bien souffrir…

Blundetto (Max Guiguet) - "Good Good Things". Label : Heavenly Sweetness

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.