Cinq garçons ayant usé leurs jeans épais sur les bancs du British and Irish Modern Music Institute dans le vieux quartier des Liberties, à Dublin, célèbre et célébré pour ses pubs traditionnels, marchés typique et distillerie de whisky.

Le groupe Fontaines D.C. aux NME Awards 2020 à l'O2 Academy Brixton le 12 février 2020 à Londres, en Angleterre.
Le groupe Fontaines D.C. aux NME Awards 2020 à l'O2 Academy Brixton le 12 février 2020 à Londres, en Angleterre. © Getty / Jo Hale / Redferns

C’est d’abord autour d’un amour commun pour la poésie que Carlos O' Connel, Conor Curley, Conor Deagan, Grian Chatten et Tom Coll se regroupent, ils ont d’ailleurs publié ensemble deux recueils, Vroom, inspiré des poètes de la Beat Generation et Winding, des plumes de l’île verte.

Et c’est assez rapidement que les cinq garçons dans le vent irlandais commencent à diffuser des singles autoproduits, le premier émerge en mai 2017 et c’est « Liberty Belle ».

Un hommage à leur bien aimé quartier des Liberties, puisque de l’aveu du groupe, la romance se meurt dans les villes, mais dans ce quartier en particulier, l’action, l’ébullition ne semble pas s’arrêter.

Quant au nom du groupe, le DC correspond évidemment à Dublin City, et le fontaines a été inspiré par Johnny Fontane le crooner en perdition et filleul de Don Corleone dans le Parrain.

Le groupe continue de publier des doubles singles parmi lequels ce « Chequeless REckless » qui associé à « Boys in the better land » permet au groupe de transformer leur statut de groupe post punk à surveiller en groupe post punk au sens de la narration affûté qui va compter.

Une esthétique synthétisée par le bassiste du groupe, Connor Deegan, par la formule suivante :

fréquenter les pubs, boire, écrire de la poésie et romancer le tout ».

Le premier album de Fontaines DC sort en avril 2019, il s’appelle Dogrel, en hommage au Doggerel, cette forme de poésie chère à la classe ouvrière irlandaise, l’équivalent de nos vers de mirliton.

Ce qui n’empêche pas le Guardian de louer le lyrisme du groupe comme ici dans « hurricane laughter ».

Une gigantesque tournée achevée, revoilà le groupe, annonçant par un single du même nom, un deuxième album intitulé « A Hero's Death ».

Chanson accompagnée d’une vidéo dans laquelle le groupe fait tourner un compatriote, Aidan Gillen, le Tommy Carcetti de The Wire et lus récemment le Littlefinger de GOT.

Fontaines DC vient tout juste de dévoiler le titre qui ouvrira leur nouvel album, une sorte de profession de foi,  « I don’t belong here ».

Fontaines DC, "I don’t belong here" extrait de l'album "A Hero's Death". Sortie : le 31 juillet. Label : Partisan Records

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.