Depuis la publication de son album “Give my Love to London” en 2014, Marianne Faitfull a fait face à la maladie, n’abandonnant la scène que lorsqu'elle y était contrainte et forcée.

Marianne Faithfull, chanteuse et actrice britannique, sur la scène du Bataclan en 2016.
Marianne Faithfull, chanteuse et actrice britannique, sur la scène du Bataclan en 2016. © AFP / François Guillot

C’est dans cette solitude que s’est construit l’idée de Negative Capability, un album que Marianne Faithfull décrit aujourd’hui ainsi :

J'ai toujours essayé de ne pas me révéler. Il n'y a rien de tel que de vraies épreuves pour vous donner un peu de profondeur. J'ai eu de terribles accidents et je suis vraiment endommagée. Ça a changé ma vie pour toujours. J'ai beaucoup souffert et j'ai travaillé très fort pour devenir forte afin de pouvoir faire mon travail. Le grand miracle, c'est que j'ai réussi à faire ce magnifique disque. Je n'avais vraiment aucune idée de ce qui allait se passer. J'ai juste sauté dedans et j'espérais pouvoir le faire...

On retrouve parmi les titres de ce disque « They comes at night », une chanson que Marianne Faithfull avait présenté en concert pour la première fois au Bataclan, un an après les attentats qui avaient frappé Paris en 2015. 

Et aussi bien sûr, ce « The Gypsy Faerie Queen », où elle retrouve son complice Nick Cave. Marianne Faithfull s’est inspirée de l'une des œuvres de Shakespeare « Le Songe d'une nuit d'été » pour écrire les paroles, et s'est tournée vers le rocker australien pour la composition de la musique. 

J'ai demandé à Nick s'il pouvait mettre les paroles en musique. Il m'a répondu : Je suis trop occupé. Je me suis donc excusée de l'avoir dérangé, puis il m'a réécrit en me disant : Merci beaucoup pour ta compréhension, voilà la chanson. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.