Cat Power nous a gratifiés de son dixième et somptueux album le 5 octobre dernier, six ans après le dernier virage électronique du précédent “Sun”.

Cat Power sur scène à New York en 2017
Cat Power sur scène à New York en 2017 © AFP / Ilya S. Savenok / Getty Images North America

Cat Power, plus qu’un nom, c’est une référence en matière de musique. Depuis vingt ans, cette américaine originaire de Géorgie nous régale sans jamais nous décevoir. Et surtout, comme c’est une authentique artiste, chacun de ses disques nous révèle un bout de sa vie, tantôt sombre, tantôt lumineuse…   

En six ans, Cat Power a traversé des épreuves difficiles avec des problèmes de santé, de dépression, d’addiction, une brutale rupture de contrat avec le label d’origine. Mais au bout de cette période tumultueuse, elle a fini par quitter New York pour aller s’installer à Miami où elle a donnera le jour à un petit garçon. La maternité l’a apaisée et l’a surtout complètement transformée. Sa musique s’en est trouvée épanouie à travers des chansons comme « You Get » par exemple, où elle partage ses émotions intimes et ses vulnérabilités ainsi que son parcours de femme et de mère… 

Sur Wanderer, Cat Power revient aux sources d’une musique folk et à la simplicité qui ont toujours fait sa réputation, guidée par ce timbre de voix si singulier. Une voix qui alterne entre une tessiture grave et un ton plus soyeux, servi par de magnifiques arrangements piano-guitare épurés.

Cat Power navigue entre le folk et le blues traditionnel avec des ballades tendres et mélancoliques brodées par de subtiles percussions.

Elle n’hésite pas non plus à utiliser l’auto-tune de façon judicieuse. Comme elle l’a toujours fait sur ses albums précédents, elle revisite le répertoire d’autres artistes avec cette fois la reprise d’une chanson de Rihanna « Stay », qu’elle rend beaucoup plus lyrique et touchante. 

De même, elle a convié Lana Del Rey à venir l’accompagner dans les chœurs sur le titre « Woman »… C’est à la suite d’une conversation sur l’application Instagram qu’elles se sont connues et mises d’accord pour interpréter cette chanson très contemporaine qui s’apparenterait presque à un hymne féministe. Elle a pourtant été écrite bien avant l’affaire Weinstein et le mouvement MeToo.

Il y a vingt ans, lorsque Cat Power débutait, une artiste américaine qu’elle accompagnait au piano, lui avait dit : 

Tu es une artiste et les gens t’écoutent. Ils ont besoin de savoir ce que tu as à dire.

Cette bonne fée qui l’encourageait à persévérer dans une voie artistique solo n’était autre que Patti Smith

A l’époque, ces mots lui avaient donné une pression terrible. Vingt ans plus tard, elle y pense encore car ce sont ces mots-là, de son propre aveu, qui lui ont donné de la force durant toute sa carrière. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.