Dans la Playlist d’Inter, on termine avec Matthieu Conquet le cycle des albums qui ont marqué l’année 2020, sur France Inter, entre autre.

Lous and The Yakuza dans son clip "Amigo", extrait de son album "Gore" - Columbia Records.
Lous and The Yakuza dans son clip "Amigo", extrait de son album "Gore" - Columbia Records. © Capture d'écran/YouTube/Site officiel de Lous and The Yakuza

Oui entre autre, parce qu’elle a fait parler d’elle en Italie, en Suède, aux Etats-Unis et en Belgique bien sûr d’où elle vient, non ce n’est pas Angèle : c’est Lous and The Yakuza et on l’a découverte comme ca : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Si je pouvais je vivrais seule, loin de mes chaines et des gens que j’aime » c’est par ce paradoxe, ce « Dilemme » qu’on a entendu pour la première fois sa voix, c’était il y a un an, exactement. Avant même la sortie de son premier album, le morceau de Lous and The Yakuza envahissait les ondes, ici sur France Inter et ailleurs, et la chanteuse était déjà l’invité des festivals les plus affutés (citons une Création aux Transmusicales de Rennes 2019). 

Une fois encore, après Stromae, Angèle, Damso, j’en oublie, la sensation nouvelle venait de Belgique, mais par un chemin tortueux qu’elle racontera souvent dans ses chansons comme dans les interviews : Rwandaise par sa mère, Marie-Pierra Kakoma alias Lous a vécu au Congo, et été séparée de sa mère puis vécu en Belgique, à Louvain-la-Neuve. Ses parents l'espéraient médecins, comme eux, elle a arrêté les études et vécu dans la rue. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce qu’elle veut c’est chanter, ouvrir son âme, Lous c'est Soul à l'envers, et la chanteuse d'éviter les chemins tracés d'évidences. Remarquée aux côtés de Damso dans le clip « Bruxelles vie », suivi de leur duo « Cœur en miettes », elle a finalement écarté un titre en duo avec le rappeur Hamza pour ne garder que ses titres solo sur son album au titre amer : « Tout est gore ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans ce premier album Lous parle de ces séparations auxquelles on a du mal à croire 

Accro à ton odeur et ta voix, Le temps fait de nous deux inconnus, Dire qu’il y a peu t’étais là j’étais nue, maintenant on fait genre on s’est jamais vus » 

Elle parle aussi de messes basses et du pardon qu’il est difficile d’accorder.

Mais aussi de racisme, fait référence à 1960, année de l’Indépendance du Congo. Il y a enfin des paroles très dures comme celles de « Courant d'air » qui parle de prostitution vue par un enfant. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ou encore « Quatre heures du matin », pas facile à chanter, ni à entendre, le récit précis d’une agression et la suite du morceau de Lous and The Yakuza s’avère aussi poignante.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Parce que Lous inverse ensuite le regard et chante dans la seconde partie à la place du violeur. On nous fait souvent le coup de la résilience, avouons que celle-ci frappe en plein cœur. 

Par sa forme aussi l’album aura frappé : mêlant habilement rap, trap, R’nb et mélancolie, il est produit notamment par El Guincho, le producteur espagnol de Rosalía récompensé cette année aux Grammy Awards. 

Enfin pour vous donner une idée du parcours accompli par Lous and The Yakuza cette année dans le monde musical : elle était d’abord remarquée en Italie, l'hiver dernier, avec le morceau que vous entendiez au début « Dilemme », il y a deux mois elle était invitée dans le célèbre « Late show » de l'américain Jimmy Fallon pour ce morceau tout en rimes latino : « Amigo »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Lous and The Yakuza : "Gore" - Columbia Records

Contact
Thèmes associés