Chilly Gonzales est un artiste canadien protéiforme dont le succès sur toutes les scènes mondiales est aussi atypique que lui...

Chilly Gonzales, compositeur et musicien  à Montreux pendant le Festival de jazz le 2 juillet 2017.
Chilly Gonzales, compositeur et musicien à Montreux pendant le Festival de jazz le 2 juillet 2017. © AFP / Fabrice COFFRINI

La carrière de Gonzales, ce compositeur né en 1972, a commencé dans les années 90, chez lui au Canada où il publiera trois albums restés relativement confidentiels. 

Néanmoins, son talent est vite repéré et salué par la critique. C’est alors qu’il décide de s’installer à Berlin afin de poursuivre une carrière solo. Il va s’attaquer à tous les styles du moment, lui le fan de Prince, de Gabriel Fauré, des Smiths, du groupe de rap Migos ou encore de Daft Punk. Ces derniers l’invitent d’ailleurs en 2003 à participer à leur album de remix « Daft Club » où il reprend à sa manière le titre « Too long »

Mais le succès international de Gonzales viendra surtout l’année suivante avec un album entièrement instrumental, « Solo Piano », signé en France sur le label No Format ! Un opus dont le style n’est pas sans rappeler celui d’un certain Érik Satie. « Solo Piano » reste à ce jour l’album de Gonzales le plus vendu dans le monde. 

« Dot » est un titre familier aux auditeurs de France Culture pour avoir été le générique de l’émission « Hors champs » présentée par Laure Adler durant quelques années…  

Chilly Gonzales est également producteur, notamment pour ses compatriotes Peaches et Feist et fait entendre son piano sur plusieurs chansons de Jane Birkin, Jean-Louis Aubert, Philippe Katerine et Jarvis Cocker (du groupe Pulp) pour lequel il a composé tout un album en hommage à l’hôtel Château Marmont de Los Angeles. 

En 2008, nouveau virage avec la sortie de « Soft Power », un disque plus pop et plus électrique, inspiré par les Bee Gees et Billy Joel, sur lequel on peut l’entendre chanter pour la première fois. 

En mai 2009, l’excentrique Gonzales défraye la chronique en inscrivant son nom dans le livre Guiness des Records, pour avoir battu le record mondial du plus long concert de l’histoire jusque-là détenu par un indien avec 26 heures et 12 minutes. Gonzales le surpassera au théâtre Ciné 13, à Paris, en établissant un nouveau record de 27 heures 3 minutes et 44 secondes, jouant sur scène 300 morceaux différents. 

Le rap reste une très forte source d’inspiration pour Gonzales, et sa rencontre avec Drake restera un des moments marquants de sa carrière. Le rappeur l’invite à jouer en 2013 sur son tube « From Time »… 

Chilly Gonzales sera en concert sur France Inter, mercredi 20 février où il partagera la triple affiche avec Bertrand Belin et Angèle, de 20h à 22h. Une soirée présentée par Rebecca Manzoni au studio 104.

Il nous proposera des extraits du dernier volet de sa trilogie « Solo Piano III » paru en septembre dernier, dont le titre « Present Tense » qu’il a dédié à Thomas Bangalter, du duo Daft Punk… 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.