Le binôme suisse est de retour avec un deuxième album, « Yallah Mickey mouse », enthousiaste et positiviste.

Cyril Yétérian et Cyril Bondi sortent un nouvel album : "Yallah Mickey mouse" (Bongo Joe / Born Bad Records)
Cyril Yétérian et Cyril Bondi sortent un nouvel album : "Yallah Mickey mouse" (Bongo Joe / Born Bad Records) © Pics @MEHDI BENKLER

L’un s’appelle Cyril Yétérian et l’autre Cyril Bondi. C’est donc tout naturellement qu’ils ont décidé de s’appeler Cyril Cyril. Tous les deux sont genevois, ils proviennent de deux groupes différents : l’un faisait partie de Mama Rosin, un trio rock suisse inspiré par la musique de Louisiane, des caraïbes, des mythes vaudou et du rhythm & blues. L’autre Cyril, est issu d’un autre trio, franco-suisse, La Tène.  

Ils pratiquaient chacun de leur côté une musique à la fois contemporaine, expérimentale et traditionnelle et jouaient des instruments aussi divers que l’harmonium indien et la vielle à roue. Un magazine ne disait-il pas de nos deux helvètes, à l’époque, qu’ils faisaient sonner la musique auvergnate comme le Velvet Underground.  

Nous avons eu l’occasion de les découvrir sur notre antenne en 2018 avec un premier album « Certaines ruines », et surtout avec le titre « Colosse de Rhodes »…  

A la base, les deux membres de Cyril Cyril sont disquaires. Leur magasin, installé à Genève, s’appelle Bongo Joe, en hommage à un musicien de rue texan, George ‘Bongo Joe’ Coleman, qui a la particularité d’avoir enregistré un seul album dans sa vie. Bongo Joe se veut être aussi un lieu de rencontres culturel où, à part acheter des disques, on peut, entre autres, y boire un verre à la buvette.  

En somme, c’est tout un état d’esprit qui préside à l’univers Bongo Joe qui se trouve aussi être le nom du label sous lequel sortent les disques du duo.  

« Yallah Mickey mouse » est le titre générique du nouvel album de Cyril Cyril paru vendredi 16 octobre. Comme l’indique leur dossier de presse : « c’est une narration sonore visionnaire, une invitation au voyage non organisé. Un hommage à leurs amis compatriotes du groupe Hyperculte, en souvenir d'un dromadaire égyptien, des clins d'œil au phrasé de de la formation stéphanoise Cha Cha Guitry, à l'animal de Gérard Manset ou à la main d'Indochine ».  

Leur démarche artistique semble très mystique au premier abord, mais Cyril Cyril manie beaucoup l’ironie dans ses textes. Et malgré les apparences, le duo insiste sur un sentiment qu’ils partagent en commun : l’enthousiasme qui les place tous les deux sur la même longueur d’onde. « On garde une sorte de flamme et un maximum de positivisme » précisent-ils.  

Une frénésie qui s’entend sur « Yallah Mickey mouse » dans lequel les deux Cyril ont délaissé l’aspect expérimental et bricolé du premier album pour faire place à un son plus groove qui résulte surtout de la tournée qui a suivi leur premier disque.  

Avec ce deuxième album, le duo a réussi à affirmer un style qui lui est propre, très particulier, difficilement comparable à quelque chose d’existant. Comme ils l’expliquent d’ailleurs très simplement, leur musique est spontanée :  

« On vit notre époque telle qu’elle est, on est ce qu’on est, et Cyril Cyril c’est tout ça finalement. C’est hyper personnel comme projet, c’est sans règles, et le seul but est de nous raconter sur l’instant présent. On dégueule ce qu’on est intimement, notre passion pour l’histoire, pour la musique et la transe, pour nos débats politiques en voiture. Tout ça doit rester une réaction et non un calcul »

Cyril Cyril : album « Yallah Mickey mouse » (Bongo Joe / Born Bad Records)  

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.